// ID CiTé
Veille juridique et professionnelle des Collectivités Territoriales




Vos offres d'emplois
sur cites.rh.fr



Inscrivez votre collectivité

GRATUITEMENT et sans engagement



-------------------

Votre collectivité est abonnée à ID.Veille
Déposez vos offres GRATUITEMENT,
sur le site dédié CiTés-RH
sans limite de nombre et de durée


Votre collectivité n'est pas abonnée à ID.Veille ...
1/ Testez gratuitement nos services (30 jours)
2/ Déposez vos offres gratuitement
pendant 3 mois







Sécurité civile - Secours

Actu - Paroles de pompiers de l'Yonne : "C’était une autre mentalité. Il fallait être un bonhomme et se taire. Alors on cachait ça autrement. L’alcool était un des travers"

Rédigé par ID CiTé le 06/04/2021



Actu - Paroles de pompiers de l'Yonne :  "C’était une autre mentalité. Il fallait être un bonhomme et se taire. Alors on cachait ça autrement. L’alcool était un des travers"
Les sapeurs-pompiers ne sortent jamais vraiment indemnes d'une intervention. Bien qu'ils soient formés à cela. Les souffrances sont certes moins importantes quand ils ont réussi à sauver une personne. Le sentiment d'accomplissement conditionne souvent la façon dont ils vont "digérer" chaque situation sensible. D'où la nécessité d'un soutien psychologique. Et de la cohésion de groupe au sein d'une caserne. "Quand les gens nous entendent, ils doivent nous prendre pour des fous ", expliquent des pompiers icaunais à propos de leur humour qu'ils estiment "particulier". Un curieux mélange de cynisme et d’humour noir : "La dérision est notre échappatoire. Elle nous permet de ne pas pleurer pendant trois jours."

Il est de ces interventions qui laissent des traces, celles dont on se remémore des années plus tard un souvenir quasi intact : des images renvoyant à la misère sociale ; des odeurs fétides gommées par un baume à base de camphre badigeonné sous les narines. Des pages qu’il semble difficile de pouvoir tourner seul, lorsqu’on plonge dans l’intime de la tragédie.


Quand les langues se délient
Depuis plus d’une dizaine d’années, la parole tend à se libérer au sein des centres de secours. Fut un temps, où "on ne parlait pas de ces choses-là, des moments difficiles. On pouvait se sentir jugé : lui, c’est un faible."

"C’était une autre mentalité. Il fallait être un bonhomme et se taire. Alors on cachait ça autrement. L’alcool était un des travers.

Confrontés au quotidien à des situations sensibles, les sapeurs-pompiers de l’Yonne, professionnels et volontaires, se focalisent prioritairement sur leur mission. Puis ils doivent analyser et "digérer" l'événement. Toutes les souffrances qu'ils accompagnent laissent inévitablement une empreinte dans leur mémoire. Ils témoignent.


Source >> L’Yonne Républicaine

 







Les articles les plus lus des 7 derniers jours...