// ID CiTé
Veille juridique et professionnelle des Collectivités Territoriales




Vos offres d'emplois
sur cites.rh.fr



Inscrivez votre collectivité

GRATUITEMENT et sans engagement



-------------------

Votre collectivité est abonnée à ID.Veille
Déposez vos offres GRATUITEMENT,
sur le site dédié CiTés-RH
sans limite de nombre et de durée


Votre collectivité n'est pas abonnée à ID.Veille ...
1/ Testez gratuitement nos services (30 jours)
2/ Déposez vos offres gratuitement
pendant 3 mois







Eau - Assainissement

Boues & COVID : Les conclusions de l’étude "phage"

Rédigé par ID CiTé le 16/10/2020



Boues & COVID : Les conclusions de l’étude "phage"
Portée par le LNE, cette étude  avait pour but d’apporter des éléments au MTE pour ajuster la politique de précaution, prise en urgence et avec peu de données, au début de l’épidémie de SARS-CoV-2 pour la gestion des boues mais aussi parce qu’à ce stade il n’existe toujours "aucune méthode quantitative reconnue disponible pour l’analyse de SARS-CoV-2 dans les boues que ce soit par RT-PCR ou cultures cellulaires" et qu’il est donc nécessaire de trouver d’autres solutions analytiques. Les bactériophages à ARN F-spécifiques ont été jugés comme des indicateurs pertinents pour évaluer l’efficacité des traitements des boues pour le virus SARS-Cov-2

Les analyses ont été réalisés sur des boues stockées depuis environ 3 semaines et environ 3 mois, avec plusieurs prélèvements par lot.
Une des difficultés a été le faible taux de coliphages en amont des traitements rendant la mesure d’abattement peu favorable. Néanmoins, l’étude a pu mettre en avant que l’abattement était fonction du type de traitement et du temps de stockage.
Certaines filières, ont ainsi montré leur efficacité en terme d’abattement comme le chaulage ou le séchage solaire à plancher chauffant (pourtant exclues des discussions en mars / avril par l’Anses).
Par contre, les analyses s’avèrent peu concluantes pour le stockage de boues liquides en silos même au bout de 3 mois ou les filtres plantés de roseaux (abattement le plus souvent inférieur à 3 log).
Enfin l’étude n’arrive pas à conclure pour la méthanisation mésophile ou les lits de séchage du fait de l’hétérogénéité des résultats
Cette étude devrait influencer une future évolution de l’arrêté du 30 avril 2020, annoncé depuis cet été mais pour lequel nous n’avons pas de visibilité, à part qu’il a fait l’objet d’une saisine de l’ANSES.

Arrêté du 15 septembre 2020 modifiant l’arrêté du 8 janvier 1998 fixant les prescriptions techniques applicables aux épandages de boues sur les sols agricoles
Cette modification de l'arrêté de 1998 intervient alors que de nombreux autres points de ce texte sont en discussion notamment autour du socle d'innocuité.
Il apportent des précisions en terme de stockage, notamment temporaires et de traçabilité qui avaient été évoqués au printemps lors des discussion autour de la FAQ de l'arrêté "boues & COVID"du 30 avril 2020.

AMORCE
 - Synthèse complète
2020-10-15
 







Les articles les plus lus des 7 derniers jours...