// ID CiTé
Veille juridique et professionnelle des Collectivités Territoriales



Fin 2021, ID.Cité stoppera sa version gratuite


Si votre collectivité ou établissement public n’est pas abonné à la licence, et que vous avez uniquement accès à la version simplifiée, testez la totalité des services, GRATUITEMENT et sans ENGAGEMENT contractuel ou financier

Vous ne savez pas si
votre collectivité ou établissement public est abonné..., contactez-nous par mail
abonnements@idveille.fr




Pour tout renseignement complémentaire
abonnements@idveille.fr
Tél. 09.75.73.53.90






Institutions européennes

Brexit : quel serait l'impact d'un no deal en France ?

Rédigé par ID CiTé le 20/09/2019



Brexit : quel serait l'impact d'un no deal en France ?
Et si l'hypothèse d'un no deal se concrétisait ? Etant donné la volonté affichée de Boris Johnson, Premier ministre britannique, de faire sortir son pays de l'UE coûte que coûte, celle-ci ne cesse de gagner en probabilité. Et en France, beaucoup se préparent au pire le 31 octobre, date prévue pour le Brexit. Quels secteurs de l'économie française en paieraient le plus les conséquences ? Quels territoires et populations subiraient l'impact le plus important ?

Quels seraient les secteurs de l'économie les plus touchés ?
Un no deal aurait des conséquences variables sur l'économie française, selon les secteurs.

Le commerce
Si le Royaume-Uni sortait de l'UE de manière concertée, dans le cadre de l'accord trouvé en novembre dernier avec l'Union européenne, la France figurerait parmi les six pays les plus touchés par le Brexit, indique une étude publiée en octobre 2018 par le cabinet Euler Hermes. (Lire la suite dans l'article complet)

L'agriculture et l'alimentaire
Le Royaume-Uni est, plus généralement, le troisième client du secteur agricole français. Ce dernier dégage un excédent bilatéral vis-à-vis du Royaume-Uni d’environ 3 milliards d’euros en moyenne chaque année. Report du Brexit ou no deal, l'impact sera de toute manière négatif pour les agriculteurs français.(Lire la suite dans l'article complet)

La pêche
Autre secteur très inquiet d'un no deal : celui des marins-pêcheurs français. Sans accord, ils n'auraient plus le droit de jeter leurs filets dans les vastes eaux territoriales britanniques, qui sont les plus poissonneuses d'Europe et où ils effectuent 30 % de leurs captures. (Lire la suite dans l'article complet)

Des dizaines de milliers d'emplois menacés
Selon une étude de chercheurs de l'institut IWH  (publiée en février en prévision d'un Brexit sans accord le 29 mars 2019), se basant sur l'hypothèse d'un recul de 25 % de la demande pour des produits européens au Royaume-Uni, ce sont 50 000 emplois en France qui seraient menacés par un no deal.(Lire la suite dans l'article complet)

Quels territoires subiraient l'impact le plus important ?
Les régions qui seraient les plus touchées par un no deal sont sans conteste celles situées sur le littoral de la Manche : à savoir les Hauts-de-France, la Bretagne et la Normandie. Par leur situation géographique, elles sont logiquement intimement liées à la Grande-Bretagne dans leurs échanges.
Dans les Hauts-de-France, le Royaume-Uni représentait 8,8  % des exportations régionales en 2018, en troisième position derrière la Belgique et l'Allemagne, selon un document publié en août par la Chambre du commerce et de l'industrie de la région. Un retour des barrières douanières et des contrôles pourrait donc particulièrement perturber les échanges.(Lire la suite dans l'article complet)

Quelles seraient les populations les plus affectées ?
Etant donné la variété des secteurs et des territoires pour lesquels un no deal aura un impact négatif conséquent, les populations les plus touchées en France sont également variées. (Lire la suite dans l'article complet)

Toute l'Europe - Synthèse complète - 2019-09-13

 







Moteur de recherche interne

optimisé par google

1 / Mettre les expressions entre guillemets

2/ Trier par date
(en haut, à droite des résultats)

3/ Consulter les résultats placés sous les 1ers résultats proposés par google




Au 1er janvier 2022, l'accès complet à la totalité des services ID.Cité/ ID.Veille sera uniquement réservé aux collectivités et établissements publics abonnés à la licence.

Sans suppléments tarifaires, quel que soient le nombre d'utilisateurs

----

Les articles les plus lus des 7 derniers jours...