Menu

// ID CiTé
   
Information, Documentation, Veille juridique et professionnelle des Collectivités Territoriales






L'actualité du jeudi 12 janvier 2017


Journal Officiel

Conseil des Ministres

Parlement

Union Européenne

Jurisprudence

Réponses ministérielles

Infos RH

Documentation

Actualité

Espace privé

 
JOURNAL OFFICIEL n°10 du 12 janvier 2017

Environnement - Risques - Energies
Désignation du site Natura 2000

Arrêté du 4 janvier 2017 portant désignation du site Natura 2000 Carrière de Lanquais - Les Roques (zone spéciale de conservation)


Funéraire
Modification des règles de quorum du CNOF. 

Décret n° 2017-25 du 10 janvier 2017 portant modification des règles de quorum du Conseil national des opérations funéraires
Le Conseil national des opérations funéraires comprend vingt-neuf membres titulaires désignés par le ministre de l'intérieur. Il est paru nécessaire de modifier les règles de quorum du CNOF pour faciliter sa tenue.
JORF n°0010 du 12 janvier 2017 - NOR: INTB1613700D


Ressources Humaines
>> Voir rubrique "Info RH"


Services Techniques -
Véhicules
Conditions d'application des obligations d'achat ou d'utilisation de véhicules à faibles émissions
Décret n° 2017-21 du 11 janvier 2017 relatif aux obligations d'achat ou d'utilisation de véhicules à faibles émissions par les gestionnaires de flottes de véhicules, les loueurs de véhicules automobiles, les exploitants de taxis et exploitants de voitures de transport avec chauffeur
>> Les articles L. 224-7 à L. 224-8 du code de l'environnement, créés par l'article 37 de la loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte, définissent des obligations d'achat ou d'utilisation de véhicules à faibles émissions par l'Etat et ses établissements publics, les collectivités territoriales et leurs groupements ainsi que les entreprises nationales lors du renouvellement de leur flotte. Par ailleurs, ce même article 37 définit également des objectifs d'achats de véhicules à faibles émissions pour les loueurs de véhicules et les exploitants de taxis lors du renouvellement de leur flotte. Le présent décret définit les conditions d'application de ces obligations. 
Publics concernés : gestionnaires de flottes de véhicules de l'Etat et de ses établissements publics, de collectivités territoriales et de leurs groupements, des entreprises nationales ; loueurs de véhicules automobiles ; Syndicat des transports d'Ile-de-France ; métropole de Lyon ; exploitants de taxis et exploitants de voitures de transport avec chauffeur. 
JORF n°0010 du 12 janvier 2017 - NOR: DEVR1612055D

Critères définissant les autobus et autocars à faibles émissions
Décret n° 2017-23 du 11 janvier 2017 pris pour l'application de l'article L. 224-8 du code de l'environnement définissant les critères caractérisant les autobus et autocars à faibles émissions
>> Afin d'améliorer la qualité de l'air, la loi de transition énergétique pour la croissance verte impose que lors du renouvellement d'une flotte de plus de vingt véhicules de transport en commun, un pourcentage minimal des véhicules ainsi renouvelés soit formé de véhicules à faibles émissions.
Ce décret précise les critères à respecter par ces véhicules à faibles émissions selon les usages, les territoires dans lesquels ils circulent et les capacités locales d'approvisionnement en source d'énergie.
Publics concernés : l'Etat, ses établissements publics, les collectivités territoriales et leurs groupements, le Syndicat des transports d'Ile-de-France et la métropole de Lyon. 
JORF n°0010 du 12 janvier 2017 - NOR: DEVR1612116D

Définition des véhicules à faibles et très faibles émissions de moins de 3,5 tonnes
Décret n° 2017-24 du 11 janvier 2017 pris pour l'application des articles L. 224-7 du code de l'environnement et L. 318-1 du code de la route définissant les critères caractérisant les véhicules à faibles et très faibles niveaux d'émissions de moins de 3,5 tonnes
>> Ce décret définit les critères de définition des véhicules automobiles à faibles et très faibles émissions de moins de 3,5 tonnes. 
Publics concernés : 
Pour les véhicules à faibles émissions : 
- gestionnaires de flottes de véhicules : 
- de l'Etat et de ses établissements publics ; 
- de collectivités territoriales et de leurs groupements ; 
- des entreprises nationales ; 
- loueurs de véhicules automobiles ; 
- exploitants de taxis et exploitants de voitures de transport avec chauffeur. 
Pour les véhicules à très faibles émissions : 
- collectivités territoriales et leurs groupements ; 
- autorités chargées de la police de la circulation et du stationnement ; 
- concessionnaires d'autoroute. 
JORF n°0010 du 12 janvier 2017 - NOR: DEVR1617439D




 
CONSEIL DES MINISTRES du mercredi 11 janvier 2017 (extraits)

ORDONNANCES
Mise en cohérence des textes en matière de sante
La loi n° 2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé a procédé à une réforme ambitieuse qui implique la mise à jour de nombreux codes et lois. C’est pourquoi son article 225 a habilité le Gouvernement à prendre par ordonnance les mesures relevant du domaine de la loi visant à assurer la cohérence des textes au regard des dispositions de cette loi et à abroger les dispositions devenues sans objet.
Les modifications opérées sont faites à droit constant….


Constitution et fonctionnement des groupements de coopération sanitaire
À l’heure où le Groupement hospitalier de territoire (GHT), créé par la loi de modernisation de notre système de santé, permet le renforcement des coopérations entre hôpitaux publics autour d’un projet médical partagé, une adaptation du Groupement de coopération sanitaire (GCS), jusqu’alors outil privilégié des coopérations territoriales publiques, privées ou mixtes, est rendue nécessaire, afin notamment de simplifier la mise en œuvre de ces coopérations.
Afin de favoriser la mise en place des coopérations nécessitant la création d’un GCS et de conforter celles existantes dans le cadre de tels groupements, l’ordonnance adapte la législation et permet ainsi de :
- consolider la nouvelle forme de GCS, introduite par la loi du 26 janvier 2016, qui permet l’exploitation d’une activité de soin sur un site commun par plusieurs établissements de santé sans qu’il soit besoin, comme c’était le cas auparavant, de créer un nouvel établissement de santé ;
- redéfinir plus clairement le périmètre des GCS en précisant les personnes physiques ou morales habilitées à en devenir membre. Il s’agit également de clarifier les modalités de participation des professionnels de santé libéraux afin de poursuivre l’objectif de décloisonnement des secteurs (public/privé, ville/hôpital) ;
- faciliter l'exploitation par ces groupements d'activités biologiques d'assistance médicale à la procréation en permettant une telle exploitation par un GCS de moyens ;
- faciliter la mise à disposition du personnel des établissements publics de santé membres d’un GCS au bénéfice de ce dernier lorsqu’il a pour objet la reprise d’une activité de ces membres ;
- mettre en place des instances représentatives du personnel au sein des GCS de droit public.



COMMUNICATIONS
Mobilisation pour les personnes âgées et le "bien-vieillir"
L’allongement de l’espérance de vie est l’un des grands progrès, mais aussi l’un des défis des dernières décennies : 25 % des Français sont âgés de 60 ans ou plus et 1,2 millions d’entre eux ont besoin d’être accompagnés dans leur quotidien. C’est pour répondre à cette évolution majeure que le Gouvernement s’est mobilisé pour construire une société du "bien vieillir".
Depuis 2012, le Gouvernement a assuré l’avenir de du système de retraite par répartition : alors que la branche vieillesse du régime général avait été constamment en déficit depuis 2004, elle est à l’équilibre en 2016 et 2017. A moyen et long terme, le système est équilibré, tant en ce qui concerne les régimes de base que les régimes complémentaires  (…)
La loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement traduit également l’ambition d’une société du "bien vieillir", mobilisant l’ensemble des politiques publiques (…)
Par ailleurs, l’accès de tous à la santé est aux fondements de l’action du Gouvernement. Dans le cadre du plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté, le montant de l’aide à la complémentaire santé (ACS) a été relevé en 2014 à 550 euros pour les personnes âgées de 60 ans et plus. (…)
Enfin, le Gouvernement a donné, le 12 décembre 2016, une nouvelle impulsion à la "Silver économie", avec la signature par la secrétaire d’État chargée des personnes âgées et de l’autonomie et le secrétaire d’Etat chargé de l’industrie, d’une feuille de route réaffirmant l’ambition de la filière et sa gouvernance…


Entrée en vigueur du compte personnel d’activité
Prévu par la loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l’emploi, le compte personnel d’activité (CPA), a été créé par la loi du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels. Il est entré en vigueur le 1er janvier 2017. Le portail numérique le rendant accessible sera officiellement ouvert au public le 12 janvier. (…)
Le CPA est constitué du compte personnel de formation, du compte personnel de prévention de la pénibilité et du compte d’engagement citoyen. Il regroupe l’ensemble de ces dispositifs dans un service unique, facile d’accès pour l’utilisateur, qui lui permet de mobiliser ses droits au service d’un projet professionnel.
Trois principes ont guidé la conception du CPA :
- l’universalité…
- la justice sociale…
- l’autonomie de la personne…
Le Gouvernement lancera prochainement la concertation sur les dispositifs pouvant être intégrés dans le compte personnel d'activité, prévue par l’article 42 de la loi du 8 août 2016.


Coupe du monde d'handball en France : organisation et sécurisation
Au-delà du rayonnement de la France sur la scène internationale, de la confirmation de son attractivité et de son savoir-faire, l’accueil de grands événements sportifs apporte une contribution essentielle au service de la croissance et l’emploi.
Moins de six mois après la finale de l’Euro 2016, dont l’impact économique est évalué à 1,2Md€, la France accueille la 25ème édition des championnats du monde de handball du 11 au 29 janvier 2017, sous l’égide de la Fédération internationale de handball. La compétition rassemblera 24 équipes et se déroulera sur 8 sites : Albertville ; Brest ; Lille ; Metz ; Montpellier ; Nantes, Paris ; Rouen. 
L’événement rassemblera 400 joueurs s’affrontant lors de 84 rencontres, plus de 500 000 spectateurs, dont une importante part de spectateurs étrangers…


>> Compte-rendu complet du Conseil des Ministres du mercredi 11 janvier 2017



 
PARLEMENT

Texte adopté en navette
Adaptation des territoires littoraux au changement climatique
Les sénateurs ont adopté en séance publique une proposition de loi portant adaptation des territoires littoraux au changement climatique.
En commission, les sénateurs ont adopté plusieurs amendements visant notamment à :
- supprimer les zones de mobilité du trait de côte (ZMTC), jugées redondantes avec les zones de danger ("zones rouges") des plans de prévention des risques naturels prévisibles (PPRN) ;
- donner compétence aux collectivités territoriales volontaires pour la création des zones d'activité résiliente et temporaire (ZART), zones au sein desquelles des constructions pourront être implantées et déplacées en fonction du risque ;
- sécuriser d’un point de vue juridique le nouveau dispositif du “bail réel immobilier littoral” (BRILi) ;
- supprimer, pour l'indemnisation des risques liés au recul du trait de côte, le nouveau mécanisme de financement jugé trop flou, au profit de l'intervention du fonds "Barnier" de prévention des risques naturels majeurs ;
- adopter un amendement créant des cas de dérogation au principe de continuité afin de permettre le recul stratégique des activités, et visant à autoriser l'urbanisation des "dents creuses" dans les hameaux.
En séance, les sénateurs ont notamment :
-    exclu les locataires du dispositif d’indemnisation prévu par le texte dans les cas d’interdiction définitive d’habiter les lieux en raison du recul du trait de côte (art. 2 bis) ;
-    limité les cas de recours à l’indemnisation par le Fonds de prévention des risques naturels majeurs aux immeubles dont le permis de construire a été délivré par les services de l’État (art 2 bis) ;
-    précisé que, dans le cadre de la relocalisation de biens, l’accord qui l’autorise devra fixer les modalités de démantèlement et de remise en état des terrains libérés (art 9 A) .
Sénat - Proposition de loi adoptée - 2017-01-11
http://www.senat.fr/dossier-legislatif/ppl16-176.html


Texte rejeté
Abrogation de la Loi Travail
Estimant notamment que "l'absence de concertation avec les organisations syndicales en amont de la loi du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels, et le refus d'entendre les millions de citoyennes et de citoyens qui se sont mobilisés dans des conditions difficiles de l'état d'urgence contre cette loi pendant des mois a démontré l'absence de légitimité démocratique de ce texte", les auteurs en demandaient l'abrogation.
Sénat - Texte rejeté - 2017-01-11
http://www.senat.fr/dossier-legislatif/ppl16-155.html


+++++++++++++++++++++++++
ORDRE DU JOUR du jeudi 12 janvier 2017

Assemblée Nationale
1. Discussion, en deuxième lecture, de la proposition de loi, modifiée par le Sénat, portant réforme de la prescription en matière pénale (no 4135 et n° 4309). - voir le dossier
2. Discussion de la proposition de loi, adoptée par le Sénat, visant à préserver l'éthique du sport, à renforcer la régulation et la transparence du sport professionnel et à améliorer la compétitivité des clubs (no 4173 et n° 4330). - voir le dossier
3. Discussion de la proposition de loi de M. Olivier Falorni et plusieurs de ses collègues relative au respect de l’animal en abattoir (no 4203 et n° 4312). - voir le dossier

Sénat
- Questions d'actualité au Gouvernement
- Débat sur le thème "Faut-il réformer le fonctionnement de la zone euro ?"




 
UNION EUROPEENNE

Régions - Départements - Outre-Mer
Prix Empereur Maximilien 2017 - Qui mérite le prix européen pour la politique locale et régionale ?

La 19e édition du Prix Empereur Maximilien, le prix européen pour la politique locale et régionale, est lancée pour 2017.
S’il y a une personne ou une institution qui, d’après vous, mérite de remporter ce prix, vous pouvez proposer leur nomination jusqu’au 20 février 2017. La même date limite s’applique aux nominations pour le jury international qui sélectionnera le vainqueur.
Cette année, le prix sera décerné à une personne ou institution travaillant dans le champ de la politique régionale européenne…
CCRE - 2017-01-11


Union européenne
PE - Alain Lamassoure : développer les ressources propres du budget européen

L’Union européenne devrait se diriger vers un nouveau système de financement basé sur des ressources propres plutôt que de reposer sur les contributions de ses États membres, souligne un rapport qui sera présenté au Parlement ce jeudi 12 janvier. Alain Lamassoure, député démocrate-chrétien français et co-rapporteur du texte, en dit plus sur ces nouvelles propositions.
Pourquoi un nouveau système de financement ?
Depuis les années 1980, les contributions nationales ont progressivement complété puis finalement remplacé les ressources propres. À l’heure actuelle, 80 % du budget européen est en effet directement financé par les États membres, sur base de leurs revenus nationaux bruts.
Pour Alain Lamassoure, cette évolution complique les négociations à l’échelle européenne : "Lors de chaque discussion au Conseil au sujet du cadre financier pluriannuel ou au cours des négociations sur le budget, les ministres européens n’ont qu’une seule préoccupation, celle de savoir comment ils vont récupérer les fonds que leur pays fournit"…
Parlement européen - Entretien - 2017-01-11


Participez au concours photo sur Instagram !
Le Parlamentarium, le centre des visiteurs du Parlement européen à Bruxelles, a fêté ses 5 ans ! Pour marquer cet anniversaire, nous vous proposons de participer à un concours sur Instagram.
Publiez une photo autour de vos cinq endroits préférés, vos cinq dernières années ou vos cinq objets fétiches en utilisant le mot-dièse #ThisIsMy5 et vous gagnerez peut-être un voyage à Bruxelles
Parlement européen - Entretien - 2017-01-10




 
JURISPRUDENCE

Achats publics - DSP - Concessions
Désordres concernés par la garantie décennale

Il résulte des principes qui régissent la garantie décennale des constructeurs que des désordres apparus dans le délai d'épreuve de dix ans, de nature à compromettre la solidité de l'ouvrage ou à le rendre impropre à sa destination dans un délai prévisible, engagent leur responsabilité, même s'ils ne se sont pas révélés dans toute leur étendue avant l'expiration du délai de dix ans.
Il résulte de l'instruction, notamment du rapport de l'expert, et il n'est d'ailleurs pas contesté par les parties, que la glissance du carrelage de la piscine Judaïque apparue après réception des travaux et dans le délai susmentionné rend l'ouvrage impropre à sa destination et que ce désordre engage la responsabilité des constructeurs sur le fondement de la garantie décennale…
CAA de BORDEAUX N°14BX02288 - 2016-12-30


Domaine public - Dommages subis par des tiers
La faute d'un tiers n'est pas exonératoire en matière de dommages de travaux publics

La collectivité publique est responsable, même en l'absence de faute, des dommages que les ouvrages publics dont elle a la garde peuvent causer aux tiers tant en raison de leur existence que de leur fonctionnement ; que, dans ce cas, elle ne peut dégager sa responsabilité à l'égard des victimes que si elle établit que les dommages résultent de la faute de la victime ou d'un cas de force majeure ;
>> M. B...I...a pris l'initiative d'enlever la canalisation située sur son terrain qui permet l'écoulement des eaux pluviales issues de la rue en amont provoquant, même par faible pluviosité, une inondation du sous-sol de l'habitation de M. E... engendrant des dégradations à l'immeuble et aux meubles entreposés dans le garage ; (…)  Le réseau d'évacuation des eaux pluviales, à l'égard duquel M. E...est un tiers, n'a pu en conséquence évacuer l'ensemble des précipitations provenant du réseau situé en amont de l'habitation de M.E..., provoquant l'inondation évoquée ci-dessus ; Dès lors, le lien de causalité entre l'ouvrage public constitué par le réseau d'évacuation des eaux pluviales et les dommages causés à l'habitation de M. E...à l'occasion de ce sinistre est établi ;
Le fait d'un tiers n'est pas exonératoire en matière de dommages de travaux publics alors même que M. B...I...a contribué à la réalisation du dommage ; Il en résulte, sans qu'il soit besoin d'une expertise supplémentaire, que la commune n'est pas fondée à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, les premiers juges ont estimé que la responsabilité de la commune, eu égard au préjudice de M.E..., qui présente un caractère anormal et spécial, est engagée..
CAA de DOUAI N° 15DA00233 - 2016-12-30

Dommage subi par un tiers à l’opération de travaux publics - Partage des responsabilités
Le débit des eaux pluviales évacuées via une rue a été accru par la réalisation de quatorze pavillons dans cette rue ; Les travaux de viabilisation de cette rue, effectués dix-huit mois avant l'apparition du phénomène d'érosion souterraine, à l'occasion de la construction de ces habitations, ont rendu cette voie plus étanche ; Le réseau d'évacuation existant n'a toutefois pas été redimensionné pour tenir compte de la charge supplémentaire d'eaux pluviales en résultant ; Ainsi le surcroît d'eaux pluviales ne s'écoulant plus dans l'avaloir public s'est infiltré dans le sous-sol de la propriété de Mme J... ; Ce dommage, subi par un tiers à l'opération de travaux publics en cause, est dès lors imputable au manque de diligence du maître d'ouvrage et du maître d'oeuvre ;
L'expert a cependant relevé que, selon un rapport d'étude géologique effectuée par la société d'études et de conseils, la configuration du terrain de Mme J... et l'existence d'une fragilité structurelle de son sous-sol ont également contribué à l'apparition du phénomène de circulation d'eaux souterraines à l'origine des désordres ; Ainsi le dommage est imputable tant à la nature du terrain qui l'a subi, qu'aux travaux effectués sur la voie publique ;
Ainsi c'est à bon droit que le tribunal a retenu la responsabilité de la commune et de M. E...à raison de 50 % des dommages subis, à proportion de la part imputable aux travaux publics et de celle imputable à la structure du terrain qui a entraîné une aggravation du dommage ; Contrairement à ce que soutient Mme J..., le tribunal n'a pas ainsi procédé à une exonération de responsabilité à raison d'une faute de la victime ou de la force majeure, mais s'est prononcé sur l'imputabilité du dommage aux travaux réalisés…
CAA de DOUAI N° 15DA00983 - 2016-12-30


Urbanisme
Instruction d'une autorisation d'urbanisme - Le caractère erroné du contenu de l'un des documents demandés ne constitue pas nécessairement une irrégularité

Si la régularité de la procédure d'instruction d'une autorisation d'urbanisme requiert la production, par le pétitionnaire, de l'ensemble des documents exigés par les dispositions du code de l'urbanisme, le caractère insuffisant ou erroné du contenu de l'un de ces documents au regard desdites dispositions ne constitue pas nécessairement une irrégularité de nature à entacher la légalité de l'autorisation si l'autorité compétente est en mesure, grâce aux autres pièces produites, d'apprécier l'ensemble des critères énumérés par lesdites dispositions et la conformité du projet aux règles d'urbanisme ;
CAA de VERSAILLES N° 15VE00252 - 2016-12-29




 
REPONSES MINISTERIELLES - Questions écrites et orales

Environnement - Risques
Fonds de garantie des risques liés à l'épandage agricole des boues d'épuration urbaines ou industrielles

Le Gouvernement tient tout d'abord à rappeler son attachement à la simplification administrative en faveur des entreprises. Il a entrepris depuis plusieurs années une suppression des taxes à faible rendement. La loi de finances pour 2017  supprime deux de ces taxes dont les recettes globales n'excèdent pas 2 millions d'euros : la taxe sur les boues d'épuration (article 302 bis ZF du code général des impôts -CGI- et article L. 425-1 du code des assurances) ; la taxe sur les laboratoires de biologie médicale (article 1600-0-R du CGI). Le fonds de garantie alimenté par la taxe sur les boues n'a depuis sa création jamais été mobilisé.
En effet, la réglementation prévoit des seuils plafonds en termes de quantité de micro-polluants et de traces métalliques dans les boues épandues, ce qui limite les risques de sinistres qui pourraient conduire à recourir à ce fonds. En tout état de cause, le fonds, qui comportera 3,4 millions d'euros fin 2016, est maintenu. Enfin, l'État pourra toujours intervenir en complément du fonds de garantie dans le cas où ce dernier ne disposerait pas de ressources suffisantes pour indemniser la totalité d'un dommage.
Sénat - 2017-01-05 - Réponse ministérielle N° 21244


Sécurité - Secours
Périodicité des visites des ERP par les commissions de sécurité

Dans le cadre des mesures de réduction des charges administratives, les travaux ayant conduit à la modification de l'article GE 4 du règlement de sécurité visaient à rationaliser l'action publique en allongeant la périodicité des visites des établissements recevant du public et donc à diminuer le nombre de visites des commissions de sécurité locales dans les établissements recevant du public.
Cette mesure n'affaiblit en rien le niveau de sécurité, le maire ou le préfet ayant toujours la possibilité de programmer une visite inopinée (article R 123-48 du Code de la Construction et de l'Habitation) ou de modifier la fréquence des contrôles (article GE 4 §4).
L'article 2 de l'arrêté du 20 octobre 2014 prévoit l'entrée en vigueur des nouvelles dispositions dès le 1er janvier 2015. Cette date d'application a en effet donné lieu à diverses interprétations quant au calendrier en cours. S'agissant d'une mesure de simplification, destinée également à libérer du temps afin que les commissions de sécurité puissent concentrer leurs efforts sur les établissements sous avis défavorable, le cycle en cours peut d'ores et déjà tenir compte de l'allongement de la périodicité introduit par l'arrêté du 20 octobre.
Assemblée Nationale - 2016-10-18 - Réponse Ministérielle N°81231
http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-81231QE.htm


Urbanisme
Moyens dont dispose un maire pour mettre fin à d'éventuelles nuisances qui résultent de l'installation de personnes vivant dans des caravanes

Le maire dispose de plusieurs moyens pour mettre fin à d'éventuelles nuisances qui résultent de l'installation de personnes vivant dans des caravanes, sur des terrains spécialement aménagés ou non, notamment en cas d'atteinte à la salubrité publique. En application de l'article R. 421-23 du code de l'urbanisme, l'installation de caravanes pour une durée supérieure à trois mois par an, en dehors des terrains de camping et parcs résidentiels de loisirs, est soumise à déclaration préalable. En outre, en application de l'article R. 111-34 du code de l'urbanisme, le plan local d'urbanisme ou le document d'urbanisme en tenant lieu peut interdire la pratique du camping en dehors des terrains aménagés. Enfin, en vertu du même article, le maire de la commune concernée peut, par arrêté, interdire une telle pratique lorsque celle-ci porte atteinte, notamment, à la salubrité publique, ce qui peut s'appliquer au cas d'espèce en cas d'absence de raccordement au réseau d'assainissement. Au surplus, s'agissant des éventuelles nuisances causées par les résidents d'un terrain privé, le code général des collectivités territoriales (CGCT) et le code de l'environnement confient au maire des prérogatives permettant de faire cesser les nuisances occasionnées par le non entretien de terrains en zone habitée ou le dépôt irrégulier de déchets.
En vertu de l'article L.2213-25 du CGCT, "faute pour le propriétaire ou ses ayants droit d'entretenir un terrain non bâti situé à l'intérieur d'une zone d'habitation ou à une distance maximum de 50 mètres des habitations, dépendances, chantiers, ateliers ou usines lui appartenant, le maire peut, pour des motifs d'environnement, lui notifier par arrêté l'obligation d'exécuter, à ses frais, les travaux de remise en état de ce terrain après mise en demeure.". Si les travaux prescrits n'ont pas été effectués à l'issue du délai imparti, le maire peut faire procéder d'office à leur exécution aux frais du propriétaire ou de ses ayants droit.
En outre, si l'urgence le justifie, le maire peut se prévaloir de ses pouvoirs de police générale (article L.2212-2, 5°) pour prendre les mesures nécessaires pour éviter toute pollution susceptible de porter atteinte à la salubrité et à sécurité publiques. Lorsqu'un déchet est déposé de manière irrégulière, sur le domaine public ou sur un terrain privé, l'article L. 541-3 du code de l'environnement dispose que le maire peut mettre en demeure le détenteur du déchet de prendre les mesures nécessaires pour que celui-ci soit supprimé.
Si le dépôt irrégulier de déchets n'est pas supprimé dans le délai imparti par la mise en demeure, le maire peut faire procéder d'office, en lieu et place du détenteur mis en demeure et à ses frais, à l'exécution des mesures prescrites. À cet effet, le maire peut obliger le détenteur à consigner entre les mains d'un comptable public une somme correspondant au montant des mesures prescrites, laquelle est restituée au fur et à mesure de l'exécution de ces mesures.
Assemblée Nationale - 2016-10-18 - Réponse Ministérielle N° 87204
http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-87204QE.htm




 
INFOS RH

//JOURNAL OFFICIEL//
CIG petite couronne - Participation pour la banque de données

Arrêté du 22 décembre 2016 fixant le montant de la participation pour la banque de données du centre interdépartemental de gestion de la petite couronne de la région d'Ile-de-France
Le montant de la participation pour la banque de données du centre interdépartemental de gestion de la petite couronne de la région d'Ile-de-France est fixé, pour l'exercice 2017, ainsi qu'il suit :
0,23 € par habitant pour les communes ;
16,50 € par agent pour les établissements publics de ces communes.
JORF n°0010 du 12 janvier 2017 - NOR: ARCB1637421A


//Concours
Rédacteurs territoriaux - Concours externe, interne et troisième concours

Arrêté du 2 janvier 2017 portant ouverture et organisation, au titre de l'année 2017, pour le compte des centres de gestion de la région Corse, d'un concours externe, d'un concours interne et d'un troisième concours sur épreuves pour le recrutement de rédacteurs territoriaux par le centre départemental de gestion de la Haute-Corse
JORF n°0010 du 12 janvier 2017 - NOR: INTB1700438A

Rédacteur territorial - Concours externe, interne et troisième concours
Arrêté du 4 janvier 2017 portant ouverture des concours externe, interne et troisième concours d'accès au grade de rédacteur territorial (session 2017) organisés par le centre de gestion de la Marne
>> Marne pour les collectivités et établissements affiliés et non affiliés des centres de gestion des Ardennes, de l'Aube, de la Côte-d'Or, de la Haute-Marne, de la Marne, de la Nièvre, de Saône-et-Loire et de l'Yonne.
JORF n°0010 du 12 janvier 2017 - NOR: INTB1700391A

Animateur territorial - Concours externe, interne et troisième concours
Arrêté du 4 janvier 2017 portant ouverture au titre de l'année 2017 des concours externe, interne et troisième concours d'animateur territorial organisés par le centre de gestion du département de la Charente
>> Charente pour l'ensemble des centres de gestion de la région Nouvelle-Aquitaine.
JORF n°0010 du 12 janvier 2017 - NOR: INTB1700752A


//ACTU RH//

Les ATSEM doivent être reconnu-e-s - Nouvelle mobilisation le 1er février 2017 / Communiqué intersyndical -
Extrait: " Le 14 décembre 2016, dans toute la France, les ATSEM se sont fortement mobilisé-e-s pour faire entendre leurs revendications à l’appel de l’intersyndicale FO - FAFPT - CGT. Des représentants du ministère de la Fonction publique nous ont reçus et reconnaissent la légitimité des besoins de ces agents, à savoir : la reconnaissance des missions éducatives du cadre d’emplois, le respect des qualifications, la dignité et la considération dans la communauté éducative, la nécessité d’un-e ATSEM par classe…
Mais nous déplorons qu’aucun engagement concret n’ait été obtenu.
Ce même jour devait être examiné au CSFPT un important rapport sur ces personnels. Le Président a obtenu du bureau du CSFPT le report de cet examen, contre l’avis de notre intersyndicale. Nous dénonçons les prétextes invoqués et appelons au respect de la démocratie sociale !
Les raisons de la mobilisation restent entières et la colère monte. C’est pourquoi nous appelons à une nouvelle journée de mobilisation, d’action et de grève le 1er février 2017, pour la défense et l’amélioration des textes statutaires régissant le cadre d’emplois des ATSEM…"
CGT/Communiqué intersyndical  - 2017-01-10




 
DOCUMENTATION

Education - Enfance - Jeunesse
Centres de loisirs, mini-camps, colos : quand les parents et les adolescents font le choix du collectif
Les loisirs et les vacances des enfants et des familles sont investis de longue date par la branche Famille, et demeurent inscrits dans les objectifs actuels, en tant que dispositif de conciliation entre vie familiale et vie professionnelle et en tant qu’occasion de rencontres d’autrui, de découvertes, de pratique sportive, etc.
Cette étude s’inscrit dans la continuité d’une précédente enquête subventionnée par la Cnaf et réalisée par l’Ovlej en 2011-2012. Celle-ci portait sur l’accès au départ et les pratiques de vacances des enfants et des adolescents, et plus spécifiquement sur leur fréquentation des colonies de vacances et des centres de loisirs. Il s’agit ici d’interroger les processus décisionnels qui conduisent à ces fréquentations et d’explorer les attentes éducatives et sociales à l’égard de ces accueils, du point de vue des parents, mais également de celui des adolescents. Cette enquête cherche également à dégager d’éventuels parcours éducatifs entre les différentes formes d’accueils collectifs et à comprendre comment se construisent ces parcours, dès la petite enfance.
CAF - 2017-01-11



Finances et Fiscalité locales
Observatoire des finances de villes de France et intercommunalités - Parution du tome 3
Des dernières analyses budgétaires (opérées de manière consolidée auprès des 150 villes adhérentes à Villes de France et de leurs 142 EPCI d’appartenance), en 2015, la dégradation tendancielle des ratios financiers usuels que l’on constatait jusqu’en 2014, en raison du maintien de fortes tensions sur la section fonctionnement, s’est inversée.
Ainsi, les recettes de fonctionnement (28,3 milliards d’euros en 2015) ont crû de 1% pour les villes de 15 000 à 100 000 habitants (0,6% pour les seules Villes de France) par rapport à 2014.
Efforts de gestion
Les dépenses de fonctionnement (25 milliards d’euros en 2015), ont par contre été en recul de -0,5% que cela soit pour les Villes de France (150 villes) ou pour l’ensemble des villes de 15 000 à 100 000 habitants…
Investissement en recul dans les villes
En 2014, un ajustement en baisse très sensible des dépenses d’investissement (hors dette) avait été constaté (de l‘ordre de 13 à 15 % selon les situations locales). Logique en début de mandature, ce recul pouvait s’expliquer notamment au regard de 2013, année qui concluait un mandat d’investissement soutenu…
Villes de France - Télécharger le Tome 3
http://www.villesdefrance.fr/upload/files/DF-Obs-FF-t3V2.pdf


Logement - Habitat - Gens du voyage

Rôle et fonctions des résidences sociales dans les parcours des personnes accompagnées - L'exemple d'Aréli
Les résidences sociales ont pour objet "d’offrir une solution de logement meublé temporaire à des personnes ayant des revenus limités ou rencontrant des difficultés d’accès au logement ordinaire, pour des raisons économiques mais aussi sociales, et pour lesquelles un accompagnement social léger peut s’avérer nécessaire."
Pour comprendre le" rôle et les fonctions des résidences sociales dans les parcours des personnes accompagnées " ce numéro de la revue Recherche sociale a choisi de s'appuyer sur l'exemple du bailleur social régional Aréli, dont le parc de logements est principalement constitué de résidences sociales, à travers une étude que celui-ci a conduit auprès de ses résidents…
Recherche sociale n° 217 - Décembre 2016





 
ACTUALITE - COMMUNIQUES - REVUE DE PRESSE/RP

Assemblées locales - Elus - Elections
Le statut de l'élu(e) local(e) (mise à jour au 11 janvier 2017)
La brochure "Statut de l’élu(e) local(e)" de l’AMF, dans sa version de janvier 2017, fait le point sur la suppression de la retenue à la source dès janvier 2017, après le vote de l’article 10 de la loi de finances pour 2017 (cf. chapitre IX), prend en compte l’augmentation du SMIC et du plafond de la sécurité sociale au 1er janvier 2017 (cf. chapitres II, IV, V et X) et intègre les dernières évolutions législatives relatives au droit individuel à la formation (DIF) des élus locaux (cf. chapitre IV).
NB : les modifications par rapport à la version précédente de décembre 2016 apparaissent en rouge.
AMF - 2017-01-11



Education - Enfance - Jeunesse
La place des jeunes dans les territoires ruraux - Le CESE a voté son avis
Les jeunes constituent aujourd’hui une ressource sous-estimée pour le dynamisme des territoires ruraux et expriment un sentiment préoccupant d’abandon.
L’avis recense les phénomènes et facteurs qui affectent les conditions de vie et l’accès à l’autonomie des jeunes de zones rurales, et présente des pistes d’évolutions des politiques publiques nationales ou territoriales permettant de répondre à ces défis.
Les jeunes ruraux.ales s’orientent en proportion sensiblement plus forte que leurs homologues urbain.e.s après la 3ème vers la voie professionnelle. Les jeunes ruraux.ales entrent plus tôt sur le marché du travail, ont en moyenne un taux de chômage moindre mais une plus forte part d’entre eux.elles que les urbain.e.s se retrouve ni en formation ni en emploi.
Les différences entre femmes et hommes devant la formation et l’emploi y sont particulièrement prononcées. Les déplacements sont dans les espaces ruraux compliqués par le manque de transports publics et l’obtention du permis de conduire y joue un rôle majeur pour l’accès à l’emploi des jeunes.
L’offre de services de proximité est par ailleurs souvent insuffisante ou mal adaptée aux souhaits des jeunes en zones rurales, qu’il s’agisse de l’accès aux soins ou de l’accès à la culture et aux loisirs. Les jeunes des territoires ruraux ont plus qu’en ville confiance dans les relations de proximité mais leur confiance dans les institutions représentatives a fortement baissé.
Le CESE préconise notamment de:
- rendre obligatoire une compétence jeunesse territorialisée
- créer une démarche de campus ruraux de projets dédiée à l’accompagnement des jeunes dans leurs projets
- mettre en place un pacte jeunes ruraux.ales dans le cadre des comités interministériels aux ruralités
CESE - 2017-01-06


++++++++++++++++++++++++++
Journée nationale d’échanges sur la loi du 14 mars 2016 relative à la protection de l’enfant : pour une approche renouvelée de la protection de l’enfance

Cette journée organisée autour de la présentation des textes et de tables rondes, a permis d’échanger avec les acteurs de la protection de l’enfance sur les textes de la loi, pour comprendre ce qu’ils changent, mesurer leur impact et la façon dont ils sont mis en œuvre.
Travaillés de façon concertée avec les acteurs de la protection de l’enfance, les textes d’application de la loi viennent en préciser de nombreuses dispositions.
Cette initiative s’inscrit dans la continuité de la concertation engagée par Laurence Rossignol, à l’automne 2014 avec l’ensemble des acteurs de la protection de l’enfance.
La loi du 14 mars 2016 constitue le volet législatif de la feuille de route 2015-2017 pour la protection de l’enfance, structurée autour de 101 actions et de 3 grandes orientations : une meilleure prise en compte des besoins et des droits de l’enfant, l’amélioration du repérage et du suivi des situations de maltraitance, de danger ou de risque de danger, et le développement de la prévention à tous les âges de l’enfance.
Construite à partir d’un socle de valeurs communes tirées de la Convention des droits de l’enfant, la loi du 14 mars 2016 relative à la protection de l’enfant organise un double changement de perspective en affirmant d’une part, la nécessité de mieux prendre en compte les besoins de l’enfant, et d’autre part d’améliorer la gouvernance nationale et locale de la politique publique de protection de l’enfance pour plus de décloisonnement et de transversalité.
La DGCS a annoncé en clôture la mise en place au 1er semestre 2017 d’un réseau de référents "protection de l’enfance", qui réunira 2 fois par an les responsables locaux des services de l’État et des départements en charge de cette politique pour des échanges d’information et de bonnes pratiques.
Ministère de la Famille, enfance et droits des femmes - 2017-01-11



Energies
Rôle des territoires dans la transition énergétique - 3 questions à… Nicolas Vallée sur le rôle majeur des collectivités
Pourquoi les collectivités territoriales sont-elles selon vous des acteurs clés de la transition énergétique ?

Pour passer progressivement d’un système énergétique basé essentiellement sur les énergies fossiles à des sources énergétiques moins centralisées, diversifiées et renouvelables, il n’est pas possible de se passer des collectivités territoriales. C’est à la fois une question de compétences, de responsabilités et d’influences….
Quels sont les objectifs à atteindre pour un territoire afin d’obtenir le label Cit’ergie ?
Pour obtenir le label Cit’ergie la collectivité doit démontrer la performance de sa politique climat-air-énergie sur l’ensemble des thématiques qui relèvent de sa compétence et de sa sphère d’influence…
Combien de collectivités territoriales ont obtenu le label aujourd’hui ? Pouvez-vous nous citer quelques exemples d’efforts à saluer ?
A ce jour, nous avons 24 collectivités labellisées CAP Cit’ergie, 35 collectivités labellisées Cit’ergie et 2 Collectivités labellisées Cit’ergie GOLD. Le réseau des collectivités engagées en démarche Cit’ergie couvre 12,4 millions d’habitants soit 18% de la population Française. Ce qui compte c’est la performance globale et donc le résultat. Les chemins pour y arriver sont multiples…
ADEME - 2017-01-11


Internet - Téléphonie - Réseaux

Relever le défi de la transition numérique des TPE-PME
Tel était le thème, ce 10 janvier 2017, de la conférence annuelle du Groupe d’échange entre l’Arcep, les collectivités territoriales et les opérateurs (GRACO). La conférence annuelle vient clôturer/introduire l’année de travail et rassemble environ 300 personnes concernées par le numérique : élus nationaux et locaux, représentants des collectivités territoriales, du gouvernement, services de l’État, entreprises et opérateurs du secteur des communications électroniques. Elle est aussi l’occasion de faire le point sur les chantiers de l’année et ceux à venir. 
Le compte-rendu des travaux du GRACO 2016
Le traditionnel compte-rendu annuel des travaux du GRACO est disponible. Les chapitres de cette édition 2016 : relancer les investissements pour connecter les territoires (édito de Sébastien Soriano, président de l’Arcep), déploiement des RIP, très haut débit pour tous, qualité des services fixes sur l’ensemble du territoire, très haut débit pour les entreprises et amélioration de la couverture mobile. 

Téléchargez le document
Le point sur l’engagement de l’Arcep pour les territoires
En janvier 2016, dans le cadre de sa revue stratégique, l’Arcep décidait de placer la connectivité des territoires au coeur de ses priorités et de renforcer sa présence sur le terrain. Ce document synthétique fait le point, un an après, sur cet engagement, ainsi que sur les chantiers en cours pour améliorer la connectivité des territoires. 

Téléchargez le document
>> ARCEP - 2017-01-10
http://streaming.arcep.fr
Voir également >> "La couverture du territoire est notre priorité numéro un"
Interview de Sébastien Soriano pour La Gazette des Communes (9 janvier 2017)


Juridique
Le juge administratif et les sanctions administratives
Les sanctions administratives sont longtemps apparues comme une anomalie dans un État libéral. S’agissant de l’exécution même des décisions administratives, le commissaire du gouvernement Romieu, dans ses conclusions sur l’arrêt Société immobilière de Saint-Just (TC, 2 décembre 1902, Rec. p. 713), relevait déjà que "le mode d’exécution habituel et normal des actes de la puissance publique est la sanction pénale confiée à la juridiction répressive". La question s’est donc posée de savoir si l’administration pouvait exercer un pouvoir répressif. Autrement dit, était-il possible de lui reconnaître le pouvoir de "punir dans juger"? La reconnaissance d’une telle prérogative n’allait pas de soi. Elle pouvait être regardée comme une atteinte au principe de séparation des pouvoirs.
Une sanction administrative est une décision administrative émanant d’une autorité administrative qui vise à réprimer un comportement fautif. Elle se distingue des mesures de police administrative en ce qu’elle vise à punir une personne qui a enfreint une réglementation préexistante et non à prévenir des troubles à l’ordre public. Comme le souligne le Conseil d’État dans son rapport de 1995 consacré aux pouvoirs de l’administration dans le domaine des sanctions, "les sanctions sont d’une nature essentiellement répressive. Elles procèdent d’une intention de punir un manquement à une obligation. Elles se fondent sur un comportement personnel considéré comme fautif. Au contraire, les mesures de police ont une finalité essentiellement préventive". Elle diffère également de la mesure restitutive à finalité de réparation : cette dernière, essentiellement présente en matière fiscale, présente un caractère de simple réparation du préjudice subi par l’État par le versement d’une somme indue ou la non-perception d’une somme due. Les sanctions administratives sont soumises au contrôle du juge administratif, qui vérifie notamment que les exigences constitutionnelles et conventionnelles qui s’imposent à cette forme de répression ont été respectées. 

Conseil d'Etat - 2017-01-10


Logement - Habitat - Gens du voyage

Première rencontre pour développer l'habitat participatif
Après une présentation des premiers enseignements tirés de l'analyse de 10 projets accompagnés par des organismes Hlm et des collectivités locales, une table-ronde réunissant des grands témoins a souligné l'apport des démarches participatives dans l'habitat aux politiques locales de l'habitat, en particulier en terme d'innovation sociale et économique.
Les travaux ont ensuite porté sur le rôle de l'habitat participatif dans la diversification de l'offre dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville ainsi que dans la promotion de la mixité et de la diversité sociale.
Cette première journée témoigne de la volonté de ces deux réseaux de diversifier l'offre de logements en habitat participatif sur l'ensemble du territoire et de l'ouvrir au plus grand nombre.
Constitué en 2010 et comptant aujourd'hui trente collectivités membres et associées, le Réseau national des collectivités pour l'habitat participatif vient en appui des collectivités locales souhaitant faciliter le développement de l'habitat participatif sur leur territoire. Il est à la fois une plateforme d'échanges d'expériences, un outil opérationnel et engagé pour faire de l'habitat participatif une composante des politiques publiques ainsi qu'un levier d'interpellation nationale.
USH - 2017-01-11



Régions - Départements - Outre-Mer
Départements - L’action des Départements sur la couverture mobile du territoire
Sur un plan général, l’ADF considère :
- que les dispositifs et programmes mis en place jusqu’à maintenant ne sont que des palliatifs et sont insuffisants pour une couverture pertinente du territoire. Il convient d’accorder désormais une importance équivalente au très haut débit fixe (optique) et au très haut débit mobile (hertzien) en réinterrogeant le modèle de la concurrence sur les infrastructures dans tous les territoires ruraux et de montagne en modifiant les critères de couverture du territoire.
- qu’il est important de viser un déploiement intégral de la 4G sur tous les territoires le plus tôt possible et en préparant l’arrivée de la 5G dans les 5 ans.
- qu’il est nécessaire, pour assurer une véritable péréquation entre zones urbaines et zones rurales dans le domaine du THD fixe et mobile, de pérenniser et renforcer les subventionnements de l’État par la mise en place d’un fonds alimenté par une contribution de solidarité numérique, assise sur les abonnements fixes et mobiles haut débit et très haut débit.
- que l’on doit soutenir les opérations de mutualisation public/public et public/privé et promouvoir les coopérations interdépartementales entre syndicats mixtes ouverts pour optimiser d’une part les déploiements du THD fixe et mobile et, d’autre part, les investissements dans le domaine de l’ingénierie informatique et numérique territoriale (cloud computing, big data,…) qui sous-tend le déploiement des usages des services publics en ligne.
Concernant plus spécifiquement le dispositif France mobile : L’ADF devrait valider le principe de la signature de la convention portant sur la plateforme France Mobile, sous réserve :
- d’obtenir qu’une note de cadrage sur les financements publics mobilisables accompagne la convention.
- de prévoir des dispositions pour améliorer l’accès en temps réel des élus aux données de la nouvelle plateforme France Mobile.
- d’apporter aux élus des réponses systématiques et argumentées lorsqu’ils sont impliqués dans un dossier qui n’aura pas été sélectionné ou qui devra faire l’objet d’un traitement spécifique par les opérateurs.
- d’une communication didactique de l’Etat jointe à cette convention en rappelant que les dispositions prises ne résolvent pas les défaillances de couverture du territoire en téléphonie et en accès mobile à l’internet. Cependant, ces dispositions représentent une avancée car elles permettent d’espérer la conception d’une stratégie nationale plus ambitieuse…
ADF - 2017-01-10



Ressources Humaines
>> Voir rubrique "Info RH"


Services publics

Signature du 4ème contrat de présence postale territoriale
Fruit d’échanges et de discussions avec les acteurs des territoires tout au long de l’année 2016, ce contrat renforce la mission d’aménagement du territoire confiée à la Poste pour les années 2017, 2018 et 2019. Il fixe, dans la continuité des précédents contrats, les objectifs ambitieux pour améliorer l’accessibilité en tenant compte de la diversité des territoires et des populations et apporter des réponses nouvelles aux attentes de nos concitoyens, s’agissant notamment du numérique.
Afin de donner les moyens à La Poste de répondre à la mission qui lui a été confiée, l’Etat augmente sa contribution de 12 M€ sur les trois prochaines années, la portant à 522 M€ sur les trois ans du nouveau contrat. Cette hausse permettra notamment de pérenniser le financement des 500 maisons de services au public accueillies dans les bureaux de poste…
Ministère de l'Aménagement du territoire - 2017-01-11



Transports - Déplacements urbains
Décentralisation du stationnement payant : être prêt pour le 1er janvier 2018
Dans moins d’un an, le 1er janvier 2018, le défaut ou l’insuffisance de paiement du stationnement sur voirie ne fera plus l’objet d’une amende. Cette réforme, consistant à décentraliser et à dépénaliser le stationnement payant sur voirie, et qui appelle un engagement rapide, si ce n’est déjà fait, des élus et des assemblées délibérantes pour sa mise en œuvre, induit un certain nombre de changements techniques et d’initiatives juridiques qui nécessitent plusieurs mois de préparation.
Avant d’apporter une information plus complète, il est d'ores et déjà proposé aux services des communes et intercommunalités concernés les éléments nouveaux suivants :
- la Mission interministérielle à la décentralisation du stationnement met à la disposition des collectivités locales un portail collaboratif (voir document en téléchargement ci-joint), outil de partage et d’échanges avec l’ensemble des collectivités concernées par la réforme ainsi que la filière professionnelle, sur les systèmes d’information de l’Agence nationale de traitement automatisé des infractions (ANTAI), et la Commission du contentieux du stationnement payant (CCSP) mise en place dans le cadre de la réforme. En revanche, toutes les autres questions de nature juridique ou technique (matériels, équipements, gestion…) sont toujours à adresser via le site du CEREMA…
- l’offre de formation du CNFPT: les dernières sessions destinées à préparer la dépénalisation - décentralisation du stationnement
AMF - 2017-01-11





 
ESPACE PRIVE

Santé
Arrêter de fumer, manger mieux, bouger plus...les bonnes résolutions de 2017 : à vos marques, prêt, partez !
Qui dit nouvelle année, dit bonnes résolutions… Comme chaque début d’année, nombreux d’entre vous sont motivés pour prendre les choses en main et améliorer leur quotidien. "J’arrête de fumer", "je bois moins", "je mange mieux", "je bouge plus" font partie des objectifs que l’on se fixe.
Pour vous aider à les tenir, Santé publique France met à disposition des services d’aide à distance qui vous apporteront conseils et astuces pour augmenter vos chances de réussite…
Santé Publique France - 2017-01-11



Sport
Compléments alimentaires destinés aux sportifs : des risques pour la santé pour des bénéfices incertains
Le dispositif national de nutrivigilance, piloté par l’Anses, recueille les signalements d’effets indésirables susceptibles d’être liés à la consommation de compléments alimentaires destinés aux sportifs. Ces signalements et la consommation répandue dans plusieurs disciplines sportives de ce type de produits visant le développement musculaire ou la diminution de la masse grasse, conduisent l’Anses à attirer l’attention sur les risques potentiels pour la santé. Des effets potentiellement graves pour certains, majoritairement d’ordre cardiovasculaire (tachycardie, arythmie et accident vasculaire cérébral) et psychique (troubles anxieux et troubles de l’humeur), ont été observés.
L’Agence déconseille donc l’usage de ces compléments alimentaires aux personnes présentant des facteurs de risque cardiovasculaire ou souffrant d’une cardiopathie ou d’une altération de la fonction rénale, hépatique ou encore de troubles neuropsychiatriques, aux enfants, adolescents et femmes enceintes ou allaitantes.
L’Anses déconseille également la consommation de compléments alimentaires contenant de la caféine avant et pendant une activité sportive, ainsi que la consommation concomitante de plusieurs compléments alimentaires ou leur association avec des médicaments. L’Anses rappelle par ailleurs la nécessité de prendre conseils auprès d’un professionnel de santé avant de consommer des compléments alimentaires.
ANSES - 2017-01-11



Transports - Véhicules - Déplacements
Les Français connaissent-ils bien les règles de sécurité routière ?
"40 millions d’automobilistes" publie le livret qui expose les résultats de son opération "100 questions pour la route ".
Le document livre une synthèse des notes obtenues par les participants qui ont répondu aux quiz du site Internet dédié et propose un classement par départements et par catégories des usagers qui maîtrisent le mieux les règles de sécurité routière…
40 millions d’automobilistes - 2017-10-06




 

 

 


 
 

Informations légales :
Notre liste d'envoi a fait l'objet d'une déclaration auprès de la CNIL et vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent ou qui concernent l'organisme qui vous emploie. Vous pouvez également vous désinscrire à tout moment de notre liste d'envoi par l'envoi d'un simple message à l'adresse suivante : webmestre@idveille.fr ou par courrier adressé à :
ID CiTé - Serge Sentubéry - Les Saulniers - 3 Impasse de la Vernière - 03510 CHASSENARD

Copyright et propriété intellectuelle
Les logos et marques relatifs à tous les organismes ou sociétés et produits cités dans ID.Veille sont la propriété respective de leurs auteurs.
Exclusion de garantie et de responsabilité
Nous apportons le plus grand soin à la sélection des informations contenues dans ID.Veille. Ces informations sont cependant fournies "en l'état", sans garantie d'aucune sorte, expresse ou implicite. L'utilisateur assume l'ensemble des risques découlant de l'utilisation des informations contenues dans ID.Veille ou dans les sites joignables au travers des liens hypertextes.

ID CiTé - Société éditrice d'ID.Veille - Information, Documentation, Veille juridique des Collectivités Territoriales
Les Saulniers - 3 Impasse de la Vernière - 03510 CHASSENARD
SARL au capital de 1 000 euros - RCS de Cusset 517 865 101 00011 - APE 5813Z

Contact : Serge SENTUBERY - Té 03.85.26.61.95
redaction@idveille.fr



 


 




^
Cliquez ci-dessus et recevez votre veille juridique et professionnelle, tous les jours, directement dans votre boîte mail




Les articles les plus lus des 7 derniers jours...