// ID CiTé
Veille juridique et professionnelle des Collectivités Territoriales







Environnement - Risques - Catastrophes naturelles

Le premier plan d'action triennal (2021-2023) de la stratégie nationale aires protégées

Rédigé par ID CiTé le 19/01/2021



Le premier plan d'action triennal (2021-2023) de la stratégie nationale aires protégées
Lors du One Planet Summit du 11 janvier dernier, le Président de la République a annoncé l’adoption d’une nouvelle stratégie nationale Aires protégées. Celle-ci concrétise son ambition de protéger 30% de nos espaces terrestres et maritimes, dont un tiers sous protection forte dès 2022. Elle adopte une approche unifiée pour la terre et la mer, la Métropole et l’Outre-mer.

Bérangère Abba, secrétaire d’Etat chargée de la biodiversité, a dévoilé aujourd’hui le plan d’action 2021-2023 qui décline de manière opérationnelle les trois premières années de mise en œuvre de cette stratégie.

Ce plan d’action prévoit de nombreuses mesures concrètes telles que :
- la protection forte de 250 000 ha de forêt ;
- la création ou l’extension de 20 réserves naturelles nationales ;
- la création de deux parcs naturels régionaux ;
- la protection de 6 000 ha de notre littoral ;
- l’intégration de 75 % des récifs coralliens au réseau d’aires protégées en vue de les protéger à 100% d’ici 2025;
- le développement d’infrastructures d’accueil au profit du public ;
- le renforcement des actions d’éducation et de contrôle des aires protégées.

Dans ce contexte, elle s’est rendue ce jour à la Réserve naturelle nationale des Etangs et rigoles d’Yveline, dont l’extension est l’une des premières traductions de ce plan d’action.

Pour cette réserve, la surface classée en protection forte passe de 87 à 310 ha. Elle englobe désormais une partie des étangs et rigoles qui servaient à l’origine à alimenter les eaux du château de Versailles. Elle abrite des habitats terrestres et aquatiques particulièrement riches et diversifiés.

Les zones humides représentent un axe majeur de la stratégie des aires protégées compte-tenu de leur importance écologique et des pressions qu’elles subissent.

La réserve bénéficiera directement d’une augmentation de ses moyens humains et financiers, grâce aux contributions du ministère de la transition écologique (MTE), de l’agence de l’eau Seine-Normandie et des fonds européens (FEADER) et la participation des collectivités territoriales.

Plus généralement, les aires protégées bénéficieront de 60 M€ supplémentaires dans le cadre du plan de relance, qui permettront de rénover les structures d’accueil, de mieux gérer la fréquentation ou de mener des opérations de génie écologique. Le réseau des Réserves naturelles nationales (RNN) sera abondé de 6 millions d’euros supplémentaires dont trois millions d’euros pour des actions d’éducation à l’environnement et un million d’euros consacré aux nouvelles réserves créées.

En plus des fonds apportés par le plan de relance, la loi de finances 2021 a prévu une augmentation de 10 millions d’euros des crédits en faveur des aires protégées.


MTE >> Communiqué complet
 







Les articles les plus lus des 7 derniers jours...