// ID CiTé
Veille juridique et professionnelle des Collectivités Territoriales







Commune - Assemblée locale - Elus

Les chiffres des agressions contre les élus (Exclusif JDD)

Rédigé par ID CiTé le 14/08/2019



Les chiffres des agressions contre les élus (Exclusif JDD)
Entre 2016 et 2018, menaces, violences et outrages ont augmenté plus vite que les atteintes concernant les autres professions.

En 2018, 361 maires et maires adjoints ont été victimes d'"atteintes volontaires à l'intégrité physique", selon une note du service des statistiques du ministère de l'Intérieur en date du 8 août, qui précise que ces chiffres ne sont pas exhaustifs
- Près de 60% de ces élus (261) ont été victimes de menaces ou de chantages, 
- 40% (145) de "violences physiques non crapuleuses". 
Au-delà de ces atteintes, 178 élus ont été victimes d'"outrages à dépositaires de l'autorité".

Des agressions en hausse de 9% par rapport à 2017
Au total, les élus victimes d'atteintes à l'intégrité physique et d'outrages étaient 317 en 2016 et 332 en 2017, soit une hausse de 5% par rapport à l'année précédente, hausse qui a été de 9% en 2018 par rapport à 2017. 
Ces augmentations, essentiellement portées par celles des violences physiques contre les élus, sont plus importantes que celles concernant l'ensemble des professions.

La tendance semble s'inverser sur les sept premiers mois de 2019(par rapport à la même période en 2018) : les atteintes à l'intégrité physique des élus, à ce stade, semblent très légèrement en baisse (-2%) alors que l'ensemble des professions connaît une hausse (+4%). 

>> Dans le détail, les violences physiques contre les maires et les adjoints chutent fortement (-41%) alors que les menaces et les chantages augmentent (+20%). 
En revanche, les outrages contre les élus sont davantage en hausse (+7%) que dans l'ensemble des autres professions (+3%).

JDD/David Revault d’Allonnes - Article complet -2019-08-11


La commission des lois du Sénat ouvre sa grande consultation auprès des maires sur les menaces et les agressions auxquelles ils sont confrontés dans l’exercice de leur mandat
(AMF). Une plateforme de consultation en ligne  a été ouverte sur le site du Sénat afin de leur permettre d’y répondre. 
Les réponses à cette consultation seront reçues jusqu’au 15 septembre prochain.







Les articles les plus lus des 7 derniers jours...