// ID CiTé
Veille juridique et professionnelle des Collectivités Territoriales







RH - Actualités

Les contrats à durée limitée : trappes à précarité ou tremplins pour une carrière ?

Rédigé par ID CiTé le 05/07/2019



Les contrats à durée limitée : trappes à précarité ou tremplins pour une carrière ?
Le contrat à durée indéterminée (CDI) couvre la très grande majorité des effectifs du secteur privé (90 % en 2015). Le recours à ce contrat diffère d’un secteur d’activité économique à l’autre, et selon la catégorie socioprofessionnelle des salariés.

Les salariés employés en CDI en 2008 le sont très majoritairement restés les années suivantes : plus de 70 % d’entre eux sont encore en CDI sept ans plus tard. En revanche, seuls 47 % des salariés en contrats à durée limitée en 2008 sont employés en CDI en 2015. Ils sont aussi plus souvent au chômage ou en retrait du marché du travail. La probabilité d’être au chômage ou inactif, ainsi que les difficultés d’accès à l’emploi en CDI, sont plus marquées pour les salariés les plus âgés.

En début de carrière, les salaires horaires des salariés en contrats à durée limitée sont 7 % plus faibles en moyenne que ceux des salariés en CDI. Mais cet écart ne s’explique pas par le type de contrat : les salariés en CDI sont en moyenne plus diplômés, ont plus d’expérience, sont plus souvent cadres et moins souvent employés ou ouvriers. À caractéristiques individuelles identiques, les contrats à durée limitée bénéficient d’une rémunération équivalente à celle des CDI. Le salaire horaire d’embauche des salariés en contrats à durée limitée est même en moyenne légèrement supérieur à celui des salariés en CDI. Cependant dans la durée, passer par des contrats à durée limitée freine la progression salariale, même pour les personnes qui parviennent à maintenir une relation continue à l’emploi salarié : le salaire progresse plus lentement avec l’expérience qui s’effectue en contrats à durée limitée plutôt qu’en CDI.

Sommaire
- La part des contrats à durée limitée a nettement progressé en 30 ans et la majorité des nouvelles embauches se font en CDD
- Le recours aux contrats à durée limitée peut être très élevé dans certains secteurs des services
- Les employés et les ouvriers sont plus souvent en contrats à durée limitée que les cadres
- Parmi les salariés en CDI en 2008, 73 % le sont encore sept ans plus tard
- Parmi les salariés en contrats à durée limitée (hors intérim) en 2008, 47 % sont en CDI sept ans plus tard
- Une insertion encore plus difficile pour les salariés initialement en intérim
- Parmi les salariés principalement en chômage indemnisé en 2008, seuls 28 % occupent un CDI en 2015
- Le passage d’un contrat à durée limitée vers un CDI est plus fréquent pour les salariés les plus jeunes
- Le salaire horaire des salariés en contrats à durée limitée est 7 % plus faible en moyenne que celui des salariés en CDI
- Mais le salaire horaire reste équivalent à caractéristiques individuelles identiques
- Le salaire horaire d’embauche des salariés en contrats à durée limitée est en moyenne légèrement supérieur à celui des salariés en CDI
- Le passage par des contrats à durée limitée freine la progression salariale


Les salariés dans la fonction publique
Insee Références - Juillet 2019
 







Les articles les plus lus des 7 derniers jours...