// ID CiTé
Veille juridique et professionnelle des Collectivités Territoriales






Urbanisme et aménagement

RM - Complexité des déclarations préalables pour travaux ou aménagement de bâtiment

Rédigé par ID CiTé le 20/09/2021



RM - Complexité des déclarations préalables pour travaux ou aménagement de bâtiment
Les procédures administratives actuelles s'agissant des déclarations préalables de travaux nécessitent, pour les usagers, de remplir un formulaire de treize pages et de fournir des pièces complémentaires, le tout en deux exemplaires à minima. Par suite, durant l'instruction, de nombreuses consultations (demandes d'avis) peuvent être lancées avec différents types de services.

Les autres démarches relatives à l'application du droit des sols (permis de construire par exemple) sont tout aussi exigeantes pour l'usager et pour les administrations. On compte aujourd'hui plus de 1,5 millions de demandes d'autorisations d'urbanisme chaque année, qui concernent toutes les communes et qui sont, pour la majorité, formalisées sur support papier.

En conséquence, le Gouvernement a décidé, lors du Cinquième Comité Interministériel de la Transformation Publique, d'accélérer et de renforcer l'accompagnement de la dématérialisation par les communes de plus de 3 500 habitants de la procédure de dépôt et d'instruction des demandes de permis de construire et autres autorisations d'urbanisme dans les communes. Cette décision s'inscrit dans l'engagement pris de mettre en place une simplification accélérée de dix démarches emblématiques jugées trop complexes par les usagers, particuliers ou entreprises, comme par les agents, avec un objectif clair de résultat (réduction des délais ou du nombre de documents à fournir, numérisation renforcée, …).

La mise en œuvre du dépôt et de l'instruction en ligne de toutes les demandes d'autorisations d'urbanisme a déjà été anticipée au sein du programme dit 
Démat.ADS. Deux fondements juridiques encadrent le projet de dématérialisation, autour d'une même échéance, le 1er janvier 2022 :
 - 
l'article L. 423-3  du code de l'urbanisme, issu de la loi portant évolution du logement de l'aménagement et du numérique (loi ELAN) dans son article 62 , qui prévoit que «les communes dont le nombre total d'habitants est supérieur à 3 500 disposent d'une téléprocédure spécifique leur permettant de recevoir et d'instruire sous forme dématérialisée les demandes d'autorisation d'urbanisme» ;
 - 
l'article L. 112-8  du code des relations entre le public et l'administration, qui dispose que toutes les communes devront être en capacité de recevoir des saisines par voie électronique (SVE), selon les modalités mises en œuvre par ces dernières (e-mail, formulaire de contact, télé services etc.).

Les bénéfices de la dématérialisation seront multiples :
 - Pour les usagers (ou les pétitionnaires), la procédure permettra un gain de temps et la possibilité de déposer son dossier en ligne à tout moment. Ils bénéficieront en outre d'un appui dans le dépôt de leurs dossiers (grâce à une assistance en ligne pour éviter les erreurs et les incomplétudes, évoquée infra) et également de plus de transparence sur l'état d'avancement de la procédure. Enfin, les usagers et pétitionnaires réaliseront des économies sur la reprographie et l'affranchissement en plusieurs exemplaires ;
 - Pour les services des collectivités qui sont concernés par les procédures, l'objectif est à la fois une amélioration de la qualité des dossiers transmis aux services instructeurs, avec la suppression des étapes de ressaisie qui est source d'erreur ainsi qu'une meilleure traçabilité des dossiers et de leurs pièces, via une coordination facilitée entre les services devant rendre un avis (administration et services consultés).
La dématérialisation permettra également un recentrage des activités des agents sur des missions d'animation, d'ingénierie et de conseil (en réduisant les tâches à faible valeur ajoutée) et une meilleure résilience des services en cas de fermeture des guiches physiques.

Pour permettre la dématérialisation de l'ensemble de la chaîne d'instruction, l'Etat développe une 
suite logicielle dite XX'AU , composée de plusieurs outils, dont notamment :AD'AU , pour «Assistance aux Demandes d'Autorisation d'Urbanisme» : développé avec la direction de l'Information légale et administrative (DILA), AD'AU est un portail accessible sur service-public.fr (https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/R52221 ), qui permet de constituer en ligne sa demande d'autorisation d'urbanisme. Destinée aux particuliers comme aux professionnels, AD'AU facilite la démarche de l'utilisateur, guidé à chaque étape de la constitution de son dossier. A terme, AD'AU permettra de transmettre un dossier de manière dématérialisée au guichet unique des communes abonnées à ce service ; PLAT’AU , pour PLATeforme des Autorisations d'Urbanisme : PLAT'AU est la plateforme d'échange et de partage des dossiers entre les acteurs de la chaîne d'instruction. Elle permet l'accès en temps réel aux dossiers par l'ensemble des acteurs concernés par une demande d'autorisation d'urbanisme (services instructeurs des collectivités, services déconcentrés de l'Etat, contrôle de légalité, etc.) Grâce à PLAT'AU, les acteurs concernés par un même dossier pourront y avoir accès de manière simultanée et dématérialisée, dans un espace commun où toutes les pièces y seront consolidées.

Au-delà de cette procédure de dématérialisation, les usagers pourront également faire part de leurs expériences et de leurs ressentis sur les démarches administratives, et donc sur les procédures d'autorisations d'urbanisme, à travers le programme 
Services Publics + . Lancé en janvier 2021, il vise à faire des retours d'expérience et des avis des Français la clé de l'amélioration continue des services publics, à travers une démarche portée par les agents publics, avec les élus.

Les programmes d'amélioration continue des services au public portent ainsi sur l'ensemble des canaux de communication avec les usagers, qu'il s'agisse des démarches en ligne, de l'accueil téléphonique ou encore de la simplification des formulaires et courriers administratifs. Ainsi, le site «
Voxdocs « permettra aux usagers de pointer les formulaires ou courriers administratifs afin d'identifier ceux qui doivent être améliorés en priorité et de participer concrètement à leur amélioration.

Sénat - R.M. N° 20707 - 2021-09-09








 
A compter du 1er janvier 2022,
l'accès complet à la totalité

des services sera réservé
uniquement aux abonnés à
ID.Veille

  
Droits ouverts à la Collectivité ou Ets public ayant souscrit un abonnement

- Licence libre de droits et de diffusion

- Droit de rediffusion interne sans souscription supplémentaire

- Identifiants uniques multi-utilisateurs

- Accès possible sans identifiants, par adresse(s) IP mono-site ou multi-sites

- Bulletins complets quotidiens (début de matinée) et récapitulatifs hebdomadaires

- Bulletins quotidiens téléchargeables

- 58 flux RSS d'informations classées par rubriques métiers

- Archives

- Articles complets accessibles par rubriques ou sources (JO, circulaires, Infos RH, Jurisprudence, Réponses ministérielles, Documents, Parlement, Actualités)

- Possibilité d'imprimer (avec modération SVP) les bulletins et articles

- Moteur de recherche

- Pas de publicité

- Une tarification raisonnable, simple et annuelle, sans supplément en cours d'année


Droits réservés à chaque utilisateur
- Inscription individuelle (gestion personnelle des identifiants)
- Articles complets accessibles soit par un bulletin spécifique (les titres du jour) soit par rubriques ou sources (JO, circulaires, Infos RH, Jurisprudence, Réponses ministérielles, Documents, Parlement, Actualités)
- Sélection d'articles sur un espace personnalisé
- Possibilité d'imprimer (avec modération SVP) les bulletins et articles
- Moteur de recherche
- Réception d'un bulletin sur adresse perso ou pro
- Sélection de vos infos "métiers" parmi 50 flux RSS
- Pas de publicité
- Accès gratuit à tous les services
 
Votre collectivité (ou Ets public)
n'est
 pas 
abonnée à ID.Veille
 
Bénéficiez GRATUITEMENT
d'une période d'essai

à l'ensemble des services

 

 
 
 
*Souscripteur: Collectivité territoriale ou établissement public qui souscrit une licence à ID.Veille au profit des Utilisateurs dans le cadre de l'utilisation des sites www.idcite.com  et www.idveille.fr

** Utilisateurs: personnes physiques, élus et membres du personnel du Souscripteur.
L'utilisateur peut utiliser soit les services ID.Veille, soit les services ID.Cité ou les deux en fonction de ses besoins en information, des moyens techniques utilisés et/ou du lieu de travail (télétravail...)


Comment fonctionne
l'abonnement pour une

 licence "libre de droit de diffusion"  
à www.idveille.fr ?