// ID CiTé
Veille juridique et professionnelle des Collectivités Territoriales







TIC - Réseaux - Téléphonie

Régulation par la donnée - L’Arcep met à jour son Code de conduite de la qualité de service d’internet

Rédigé par ID CiTé le 15/09/2020



Régulation par la donnée - L’Arcep met à jour son Code de conduite de la qualité de service d’internet
Afin de mesurer les performances de leur accès internet, fixe comme mobile, les utilisateurs peuvent avoir recours à des outils de mesure dits "en crowdsourcing". La bonne compréhension de la nature des tests réalisés par ces outils, de leurs limites, mais aussi de la façon dont sont présentés les résultats sont essentielles pour que les utilisateurs puissent réaliser leurs tests dans les meilleures conditions et en interpréter correctement les résultats.

Le Code de conduite de la qualité de service d’internet est évolutif et a vocation à être mis à jour régulièrement afin non seulement de renforcer les critères déjà présents mais aussi de les compléter par des éléments relatifs à d’autres catégories thématiques.

La version 2020 du Code de conduite de la qualité de service d’internet : vers encore plus de transparence et de robustesse pour les protocoles de test et les publications des résultats
La démarche de co-construction, retenue pour l’élaboration de l’édition 2018 du Code de conduite, a été poursuivie pour alimenter cette nouvelle version. L’Arcep a ainsi relancé un cycle de travail avec plus d’une vingtaine d'acteurs dont des éditeurs d’outils de mesure en crowdsourcing, des organismes de protection des consommateurs, des opérateurs et des acteurs académiques, dont la version 2020 du Code de conduite est le résultat.

Afin d’accompagner progressivement la montée en compétence de l’écosystème de mesure de la qualité de service, plusieurs axes seront renforcés dans la nouvelle version du Code de conduite. Il est notamment demandé aux outils de mesure de la qualité de service de :
- préciser aux utilisateurs les différents facteurs qui peuvent impacter la mesure, par exemple l’utilisation et les caractéristiques du Wi-Fi, ou encore le modèle et la version du système d’exploitation et du navigateur web, qui peuvent avoir une forte influence sur la mesure de qualité de service ;
- afficher une valeur médiane pour certains paramètres, notamment pour la latence. Cette information est en effet plus pertinente que la moyenne pour refléter l’expérience utilisateur, notamment dans le cas où il existe des valeurs extrêmes dans les résultats mesurés ;
- introduire une capacité minimale pour les serveurs (mires) de test, afin d’éviter que le test soit limité par ces mires ;
- préciser la capacité pour les mires de test de réaliser des tests en IPv6, le protocole utilisé pouvant impacter la mesure de débit.

Ce Code de conduite met aussi l’accent sur un certain nombre de biais de mesure à expliciter dans les publications agrégées des outils de mesure. Il prend enfin davantage en compte les spécificités de la mesure de la qualité de service d’internet sur les réseaux mobiles.


ARCEP - Communiqué complet - 2020-09-14

 







Les articles les plus lus des 7 derniers jours...