// ID CiTé
Veille juridique et professionnelle des Collectivités Territoriales




Vos offres d'emplois
sur cites.rh.fr



Inscrivez votre collectivité

GRATUITEMENT et sans engagement



-------------------

Votre collectivité est abonnée à ID.Veille
Déposez vos offres GRATUITEMENT,
sur le site dédié CiTés-RH
sans limite de nombre et de durée


Votre collectivité n'est pas abonnée à ID.Veille ...
1/ Testez gratuitement nos services (30 jours)
2/ Déposez vos offres gratuitement
pendant 3 mois







Régions

Parl. - Langues régionales: 140 parlementaires demandent une révision constitutionnelle (Communiqué - Revue de presse parlementaire)

Rédigé par ID CiTé le 16/06/2021



Parl. - Langues régionales: 140 parlementaires demandent une révision constitutionnelle (Communiqué - Revue de presse parlementaire)
Cent quarante parlementaires français ont demandé à Emmanuel Macron une révision constitutionnelle pour "protéger et promouvoir" les langues régionales, nouvel épisode du débat passionné autour de ces idiomes relancé par l'adoption d'un texte de loi partiellement censuré par les gardiens de la Constitution.

Après l'euphorie suscitée par l'adoption surprise d'une proposition de loi portée par le député breton Paul Molac (Libertés et Territoires), le Conseil constitutionnel a douché le 21 mai les ardeurs des partisans des langues régionales en censurant plusieurs de ses dispositions et en ouvrant la voie à un retour en arrière sur la méthode pédagogique dite "immersive".

Pour éviter pareille hypothèse, 140 parlementaires, dont 125 députés et sénateurs issus de 15 des 17 groupes parlementaires des deux chambres, auxquels s'ajoutent des députés européens, ont signé une lettre ouverte au président de la République.

"Nous demandons au pouvoir exécutif qu'à très court terme des garanties puissent être apportées pour sauvegarder et pérenniser les filières et établissements d'enseignement en immersion existants en langue régionale", demandent le député Paul Molac et la sénatrice Monique de Marco (Ecologiste - Solidarité et Territoires).

Il souhaite également sécuriser l'usage des signes diacritiques comme le tilde (~) dans les actes de l'état civil.

Ouest France >> Article complet

 







Les articles les plus lus des 7 derniers jours...