// ID CiTé
Veille juridique et professionnelle des Collectivités Territoriales



Fin 2021, ID.Cité stoppera sa version gratuite


1- Si votre collectivité ou établissement public est abonné à la licence libre de droits d'utilisation et de diffusion, vous connaissez déjà les services qui sont proposés pour un abonnement à un coût très abordable et sans suppléments quel que soit le nombre d’utilisateurs.

2- Si votre collectivité ou établissement public n’est pas abonné à la licence, et que vous aviez uniquement accès à la version simplifiée, vous aurez l’occasion de tester la totalité des services, GRATUITEMENT et sans ENGAGEMENT contractuel ou financier

3 - Vous ne savez pas si
votre collectivité ou établissement public est abonné..., contactez-nous par mail
abonnements@idveille.fr




Nous restons à votre écoute pour tout renseignement complémentaire
abonnements@idveille.fr
Tél. 09.75.73.53.90

Merci de votre compréhension

Serge Sentubéry
Gérant / Directeur de publication






Enfance - Jeunesse

Mesurer et prévenir les effets de la crise du covid-19 sur les enfants et la jeunesse (Rapport d'information)

Rédigé par ID CiTé le 21/01/2021



Mesurer et prévenir les effets de la crise du covid-19 sur les enfants et la jeunesse (Rapport d'information)
Il est un paradoxe souligné par tous les interlocuteurs et interlocutrices : le virus ne touche pas - ou de manière très minoritaire - les enfants et les jeunes dans ses formes graves, mais ses conséquences les frappent de plein fouet. Celles-ci ne sont pas toujours appréhendées à leur juste mesure dès lors qu’elles ne sont que rarement mesurées à hauteur d’enfant.

Les jeunes ne sont pas épargnés par le virus. Ils subissent très fortement la précarisation économique, l’isolement et une série de ruptures scolaires, affectives, psychologiques. Mais pour autant, cette crise violente que toutes les générations subissent est l’occasion de faire émerger la cause des jeunes.

Entraide, fraternité, solidarité, ces mots parfois galvaudés ont repris tout leur sens à l’ère du Covid-19.
Les jeunes ont été propulsés en première ligne pour prêter main forte. Partout en France, ils ont accepté de prendre des risques pour être solidaires, avec leurs pairs, avec les personnes âgées, avec leurs voisins, pour aider les plus vulnérables à traverser cette crise. De la distribution alimentaire à la continuité pédagogique, en passant par des courses pour les plus fragiles ou la traduction des gestes barrières, les jeunes ont souvent pallié le manque criant de bénévoles, souvent âgés, ou le déficit en personnels, eux-mêmes touchés par le Covid-19.

L’engagement associatif est une véritable solution qui donne du sens à leur vie, et leur permet de toucher aux réalités de la société qui les entoure.
Ces jeunes nous le disent et nous le redisent : la société, les médias, les adultes en général véhiculent une image négative et pessimiste de leur génération. Ils n’ont pas été contaminés par le virus, mais par la sinistrose. Le Covid-19 n’est pas le seul à leur avoir ravi leur insouciance déjà battue en brèche bien avant par les informations en continu, les attentats, la violence et la crise éco-climatique. À en écouter certains, ces jeunes n’ont plus aucun avenir.

Le Covid-19 a mis le doigt sur la grande pauvreté qui s’accentue depuis des années chez les jeunes et les touche au fur et à mesure que la société de consommation asphyxie toute autre aspiration.
Le Gouvernement a pris la mesure de ces difficultés aggravées par la pandémie en prenant des mesures fortes qu’il déploie également dans son plan, «1 jeune 1 solution» doté de 6,7 milliards d’euros. Alors que nous sortons de décennies de politiques publiques trop sourdes à la jeunesse, faisons-en sorte de ne plus perdre de vue tous ceux que la crise a enfin rendu visibles.
C’est ce que nous pourrions appeler «l’opportunité» de cette crise : elle a obligé les décideurs et l’administration à scruter de très près les réalités du terrain. Après plus de 80 heures d’auditions, les constats sont alarmants :
- plus de 50 % des jeunes sont inquiets sur leur santé mentale ;
- 30 % des jeunes ont renoncé à l’accès aux soins pendant le Covid-19 faute de moyens ;
- 700 000 jeunes vont faire leur entrée sur le marché du travail ; ils vont rejoindre les 600 000 jeunes déjà au chômage en France. C’est le plus fort contingent en Europe : 21,2 % des jeunes de 18 à 25 ans sont au chômage en France ;
- 38 % de jeunes travaillent dans le cadre d’un contrat précaire, soit sans contrat, en CDD ou en auto-entreprenariat ;
- un jeune sur six a arrêté ses études après la crise ;
- 43 % des non diplômés n’ont pas accès à internet ;
- 38 % de jeunes travaillent dans le cadre d’un contrat précaire, soit sans contrat, en CDD ou en auto-entreprenariat.

Assemblée Nationale - 
Rapport complet

---------------------------
Covid-19 : les jeunes ne voient pas le bout du tunnel
80% des jeunes ont subi des préjudices importants du fait de la crise sanitaire, que ce soit sur le plan de leurs études, de leur emploi ou de leur vie affective.
ODOXA >> 
Etude complète
 






Au 1er janvier 2022, l'accès complet à la totalité des services ID.Cité/ ID.Veille sera uniquement réservé aux collectivités et établissements publics abonnés à la licence.

Sans suppléments tarifaires, quel que soient le nombre d'utilisateurs

----

Moteur de recherche

Les articles les plus lus des 7 derniers jours...