// ID CiTé
Veille juridique et professionnelle des Collectivités Territoriales




Vos offres d'emplois
sur cites.rh.fr



Inscrivez votre collectivité

GRATUITEMENT et sans engagement



-------------------

Votre collectivité est abonnée à ID.Veille
Déposez vos offres GRATUITEMENT,
sur le site dédié CiTés-RH
sans limite de nombre et de durée


Votre collectivité n'est pas abonnée à ID.Veille ...
1/ Testez gratuitement nos services (30 jours)
2/ Déposez vos offres gratuitement
pendant 3 mois







Eau - Assainissement

Etat des nappes d'eau souterraine au 1er janvier 2020 - La recharge a débuté précocement, dès octobre, et s’est généralisée à l’ensemble des nappes phréatiques en novembre.

Rédigé par ID CiTé le 31/01/2020



Etat des nappes d'eau souterraine au 1er janvier 2020 - La recharge a débuté précocement, dès octobre, et s’est généralisée à l’ensemble des nappes phréatiques en novembre.
Les pluies efficaces ont été particulièrement importantes durant l’automne et le mois de décembre se caractérise par une forte remontée des niveaux.

Après un étiage 2019 plus intense que la moyenne sur l’ensemble du territoire, la situation s’améliore considérablement. Les niveaux sont désormais autour de la moyenne à très hauts. Plusieurs maxima historiques ont même été enregistrés en Adour-Garonne durant ces deux derniers mois. La situation est moins favorable sur les nappes du couloir rhodanien. Ces dernières accusent toujours les déficits pluviométriques de ces dernières années, associés à de fortes sollicitations durant l’été, même si l’effet bénéfique de la recharge commence à se faire ressentir. Seule exception, la pluviométrie déficitaire en décembre se ressent sur la nappe d’Alsace au sud de Colmar, avec des niveaux stables et bas.

Enfin, la situation devrait continuer à s’améliorer lentement dans les prochaines semaines. Ce début de recharge permet d’espérer des niveaux satisfaisants pour l’ensemble des nappes en sortie d’hiver.

Tendances d’évolution
Les basses eaux ont été atteintes mi-octobre à début novembre sur l’ensemble des nappes. Certains secteurs sur les nappes inertielles du Bassin parisien et de la Beauce affichent une recharge plus tardive débutant en décembre. Les épisodes pluvieux de fin d’année ont permis d’assurer la poursuite de la recharge en décembre. Ce phénomène est habituel pour cette période de l’année, la végétation étant en dormance et une grande partie des pluies s’infiltre vers les nappes.

Les précipitations très excédentaires ont engendré des augmentations importantes des niveaux. Elles ont été bénéfiques pour assurer une forte recharge sur la grande majorité des nappes. Les tendances sont plus contrastées sur certaines nappes très inertielles. Ainsi, la recharge reste modérée sur la nappe de la craie du Bassin parisien et sur la nappe des calcaires de Beauce. Les pluies infiltrées de cet automne traversent lentement la zone non saturée pour atteindre ces nappes. Seule exception, les pluies de décembre n’ont pas été suffisantes sur la nappe d’Alsace au sud de Colmar, qui présente des niveaux stables…

BRGM - Synthèse complète - 2020-01-30
 







Les articles les plus lus des 7 derniers jours...