// ID CiTé
Veille juridique et professionnelle des Collectivités Territoriales



Fin 2021, ID.Cité stoppera sa version gratuite

Dès la création de notre société, nous avons souhaité mettre en place des abonnements simples (sans options) et.... d'un coût très abordable au regard des services apportés. D’autre part, nous avons créé une version simplifiée gratuite à laquelle vous êtes inscrit-e.

Ces derniers mois, nous avons constaté une utilisation disproportionnée des informations fournies gratuitement par ID.CiTé, voire une rediffusion illégale (hors CGU)

Notre existence, la qualité de nos contenus éditoriaux et le développement de nouveaux services dépendent uniquement des abonnements et nous n'avons aucune autre source de financemment. Ce qui fait notre particularité et nous permet de travailler sans la pression d'actionnaires et/ou de partenaires privés.

Tous les services en accès libre
jusqu'à fin 2021


1- Si votre collectivité ou établissement public est abonné à la licence libre de droits d'utilisation et de diffusion, vous connaissez déjà les services qui sont proposés pour un abonnement à un coût très abordable et sans suppléments quel que soit le nombre d’utilisateurs.

2- Si votre collectivité ou établissement public n’est pas abonné à la licence, et que vous aviez uniquement accès à la version simplifiée, vous aurez l’occasion de tester la totalité des services, GRATUITEMENT et sans ENGAGEMENT contractuel ou financier

3 - Si vous ne savez pas si
votre collectivité ou établissement public est abonné, contactez-nous par mail
abonnements@idveille.fr




Nous restons à votre écoute pour tout renseignement complémentaire
abonnements@idveille.fr
Tél. 09.75.73.53.90

Merci de votre compréhension

Serge Sentubéry
Gérant / Directeur de publication






Espaces verts

Nématode du pin : prévenir son introduction et sa dissémination pour protéger les forêts de pins françaises

Rédigé par ID CiTé le 03/03/2020



Nématode du pin : prévenir son introduction et sa dissémination pour protéger les forêts de pins françaises
Ces dernières années, le risque de contamination des forêts françaises par le nématode du pin a augmenté, notamment en raison d’une demande accrue de copeaux de bois et d'écorces et de la circulation à travers l’Europe de volumes très importants de tels produits contaminés provenant du Portugal et d’Espagne. En 2018, des écorces et des emballages de bois infestés de nématodes du pin vivants ont été interceptés en France. Saisie par le ministère en charge de l'agriculture, l’Anses a produit plusieurs expertises afin d’orienter les mesures de gestion à appliquer concernant les produits de bois.

Les pins, particulièrement sensibles au nématode par le biais de son insecte vecteur
Dans sa première expertise, l’Anses a estimé que le risque de propagation à partir d’un foyer de nématodes est principalement lié à la capacité de l’insecte vecteur, Monochamus galloprovincialis, à transmettre le parasite d’arbre en arbre.
Ce coléoptère se développe en particulier sur les arbres contaminés par le nématode, à partir desquels il sera lui-même contaminé. Il peut ensuite voler jusqu’à des arbres sains pour s’y nourrir, et transmettre alors le parasite. Le risque de transmission directe du nématode à partir des écorces et des emballages infestés a été considéré comme faible en raison des capacités de survie et de déplacement limitées du nématode depuis les écorces vers et dans le sol.
L’Agence a également identifié les espèces végétales les plus sensibles à ce nématode et à son insecte vecteur. Il s’agit principalement des espèces du genre Pinus. Actuellement, il n’existe pas d’espèce de pin implantée en Europe qui soit résistante au nématode du pin. Ainsi, la plantation de jeunes plants de pins sensibles en forêt, notamment de pin maritime, augmente le risque d’établissement du nématode en France.


Plusieurs recommandations pour éviter la dissémination du nématode du pin depuis un foyer de contamination
Au regard des connaissances scientifiques actuelles et des conclusions de son expertise, l’Agence a formulé une série de recommandations de gestion de foyer afin d’éviter le développement de l’insecte vecteur et la dissémination du nématode.

Principales recommandations en cas de détection d’un foyer de nématodes :
- Eliminer les essences forestières sur lesquelles il est capable de se multiplier : pin maritime, pin sylvestre, pin noir, pin radiata, probablement pin d’Alep et pin taeda.
- Exiger, pour les plaquettes de bois produites à partir d’essences sensibles, que toutes les dimensions soient inférieures à 3 cm car en dessous de cette taille il n’est plus possible qu'elles hébergent des larves de l'insecte vecteur.
- En période de vol des adultes de l’insecte vecteur, appliquer des mesures de contrôle et de prévention spécifiques telles que l’application de traitements phytopharmaceutiques ou l’utilisation de filets imprégnés d’insecticides. En dehors de cette période de vol, aucun traitement en forêt n’est nécessaire car les insectes ne peuvent pas voler jusqu’aux produits et sous-produits de l’exploitation du bois pour y pondre.


ANSES - Communiqué complet- 2020-02-24

 






Au 1er janvier 2022, l'accès complet à la totalité des services ID.Cité/ ID.Veille sera uniquement réservé aux collectivités et établissements publics abonnés à la licence.

Sans suppléments tarifaires, quel que soient le nombre d'utilisateurs

----

Moteur de recherche

Les articles les plus lus des 7 derniers jours...