// ID CiTé
Veille juridique et professionnelle des Collectivités Territoriales







Personnes agées

Parl. - Prévention de la perte d'autonomie - La principale difficulté réside sans doute dans le fait de ne voir dans la vieillesse qu'un problème à résoudre (Rapport d'information)

Rédigé par ID CiTé le 25/03/2021



Parl. - Prévention de la perte d'autonomie - La principale difficulté réside sans doute dans le fait de ne voir dans la vieillesse qu'un problème à résoudre (Rapport d'information)
Le défi posé à l'action publique est d'une ampleur redoutable. Le vieillissement remet d'abord en question les institutions existantes, tel l'hôpital.

Coordonner la diversité des acteurs impliqués requiert ensuite un doigté de chef d'orchestre. Une alimentation saine, un exercice physique adapté et le maintien du lien social constituent un «trépied préventif» bien identifié, sur lequel se déplient, presque à l'infini, de nombreuses actions sectorielles : le repérage des fragilités, l'adaptation des logements, celle de l'environnement urbain, des prises en charge hospitalières, des interventions à domicile, des activités sportives....

Sans parler des causalités que la science n'a pas encore bien étayées : qui dira, en effet, si le rééquilibrage de nos apports nutritionnels par une agriculture moins industrielle, le bien-être au travail ou la lutte contre la pollution environnementale n'auront pas l'influence déterminante sur le maintien des capacités à long terme que les politiques de santé publique classiques peinent parfois à obtenir ?

Prévenir le vieillissement en mauvaise santé impose encore à l'action publique de repenser ses modes d'intervention, voire la logique même qui la fonde.
La vieillesse étant ce que le philosophe François Jullien appellerait une «transformation silencieuse», c'est-à-dire l'imperceptible passage d'un état à un autre, il y a quelque déraisonnable obstination à vouloir ranger à toute force la situation d'un individu dans les cases étroites que nous souffle la manie grecque d'opposer les concepts : la ville ou l'hôpital, l'hôpital ou le domicile, le domicile ou l'établissement, le GIR 3 ou 4, l'activité ou la retraite.

Enfin, la principale difficulté réside sans doute dans le fait de ne voir dans la vieillesse qu'un problème à résoudre. Comme en persuade puissamment le tour du monde de la vieillesse, la priorité des pouvoirs publics devrait être de permettre au plus grand nombre de vieillir heureux.

À partir des nombreux travaux disponibles sur cette question si vaste et des auditions menées auprès d'un grand nombre d'acteurs jusqu'au Danemark, le présent rapport dresse un rapide état des lieux des connaissances, fait le constat des progrès récents dans les dispositifs d'accompagnement de la vieillesse en bonne santé, et propose quelques grandes orientations pour rendre la politique de prévention de la perte d'autonomie plus efficace et plus ambitieuse.

Liste des propositions
1. Renforcer la compétence des départements en matière médico-sociale
2. Confier à la CNSA, dans un délai restreint, le chantier de l'unification des outils d'évaluation et de la refonte de l'allocation personnalisée d'autonomie
3. Systématiser les bilans complets vers 75 ans,
4. Mieux affirmer la priorité du maintien à domicile
5. Fixer un objectif d'arrêt de construction d'Ehpad à court terme
6. Doter la CNSA des moyens d'exercer sa mission de pilotage de la politique de prévention de la perte d'autonomie
7. Simplifier radicalement le paysage des aides à l'adaptation du logement
8. Associer les ministères des sports et de l'enseignement supérieur à la politique de prévention de la perte d'autonomie
9. Se doter de véritables plans d'action nationaux de prévention de la perte d'autonomie
10. Élargir les actions et rationaliser le fonctionnement des conférences des financeurs de la prévention de la perte d'autonomie
11. Dresser un bilan des différentes politiques d'accessibilité et d'adaptation des espaces urbains

Sénat - Rapport d'information n° 453 - 2021-01-17
 







Les articles les plus lus des 7 derniers jours...