// ID CiTé
Veille juridique et professionnelle des Collectivités Territoriales



Fin 2021, ID.Cité stoppera sa version gratuite


1- Si votre collectivité ou établissement public est abonné à la licence libre de droits d'utilisation et de diffusion, vous connaissez déjà les services qui sont proposés pour un abonnement à un coût très abordable et sans suppléments quel que soit le nombre d’utilisateurs.

2- Si votre collectivité ou établissement public n’est pas abonné à la licence, et que vous aviez uniquement accès à la version simplifiée, vous aurez l’occasion de tester la totalité des services, GRATUITEMENT et sans ENGAGEMENT contractuel ou financier

3 - Vous ne savez pas si
votre collectivité ou établissement public est abonné..., contactez-nous par mail
abonnements@idveille.fr




Nous restons à votre écoute pour tout renseignement complémentaire
abonnements@idveille.fr
Tél. 09.75.73.53.90

Merci de votre compréhension

Serge Sentubéry
Gérant / Directeur de publication






Etat civil - Recensement - Elections

Actu - Fichier TES : Courrier de Bernard Cazeneuve au Président du Conseil national du numérique

Rédigé par ID CiTé le 09/11/2016


Extraits: "…le projet de décret a été soumis au contreseing de tous les Ministres concernés et au Premier ministre, après les consultations interministérielles habituelles. (…) Ce projet a été conduit dans la transparence et a respecté les étapes du travail interministériel.


(…) La vérification a été effectuée tout d’abord en amont de la préparation du projet de décret, par saisine du Conseil d’Etat. Elle l’a été de nouveau en aval, lors de l’avis rendu sur le projet de décret lui-même : dans son avis du 23 février 2016, la haute assemblée a ainsi nettement confirmé la faisabilité juridique du traitement compte tenu de sa finalité d’authentification et de ses modalités ; il a, à cette occasion, estimé le recours au vecteur réglementaire conforme à l’article 27 de la loi n° 78-17 du 6 février 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés. Le Conseil d’État a confirmé cette position lors de l’examen du projet de décret.

Quant à la CNIL, saisie par mes soins, elle a reconnu dans son avis que le recours à une procédure réglementaire n’était pas contestable juridiquement

Pour autant, j’ai dès le 27 octobre transmis des informations au président de la commission des lois du Sénat, qui souhaitait pouvoir apporter des précisions à plusieurs sénateurs, en lui faisant savoir par ailleurs que je me tenais à la disposition du Parlement pour donner toute précision sur ce décret. J’ai d’ailleurs eu l’occasion, lors des questions aux Gouvernement du mercredi 2 novembre, de le faire moi-même devant les députés.

Vous évoquez aussi les finalités de ce traitement. Le décret en poursuit deux.
- D’une part il vise à moderniser le traitement des cartes nationales d’identité (CNI) en alignant le processus de leur délivrance sur celui ayant actuellement cours pour les passeports. En effet, la base de données utilisée jusqu’ici pour la délivrance des CNI, appelée Fichier National de Gestion (FNG), touche à l’obsolescence et contraint à un archivage papier des photos ou empreintes produits par les requérants. 
- D’autre part, le plan "préfectures nouvelle génération" modernise en profondeur la relation entre les services et les usagers, par un déploiement de téléprocédures qui facilitent les démarches des usagers, tout en renforçant la sécurité des procédures. L’objectif est bien de lutter contre la fraude documentaire et de faire de la CNI un document sûr de l’identité de son porteur.
(…) Le traitement ne comporte aucune possibilité d’identifier une personne à partir de ses seules données biométriques (empreintes ou photos). Il se limite à permettre l’authentification des demandeurs, aux seules fins de vérifier l’identité de la personne demandant le titre.

Mieux, l’impossibilité juridique se double d’une impossibilité technique : les données biométriques sont en effet conservées dans une base distincte et séparée de celle des demandes de titres. Et le lien qui les unit est asymétrique : ainsi, il est possible de consulter la base contenant les données biométriques à partir de la base contenant les demandes de titres, mais pas l’inverse. Il est donc impossible de consulter les données relatives aux personnes à partir des données biométriques. Ce blocage technique est garanti par une cryptographie spécifique et un lien unidirectionnel…"


Ministère de l'Intérieur - 2016-11-08






Au 1er janvier 2022, l'accès complet à la totalité des services ID.Cité/ ID.Veille sera uniquement réservé aux collectivités et établissements publics abonnés à la licence.

Sans suppléments tarifaires, quel que soient le nombre d'utilisateurs

----

Moteur de recherche

Les articles les plus lus des 7 derniers jours...