// ID CiTé
Veille juridique et professionnelle des Collectivités Territoriales







Démocratie locale - Citoyenneté

Doc - Administration numérique - Comment en exploiter toutes les potentialités ?

Rédigé par ID CiTé le 26/09/2016


Cette nouvelle Note du CAE étudie les conditions à réunir pour que les technologies numériques conduisent effectivement à plus d’efficacité, l’Etat ayant un rôle clé à jouer, différent de son rôle traditionnel.


La double dimension innovatrice des technologies numériques 
Comme dans les services marchands, les technologies numériques donnent naissance à des innovations de procédés et de produits...

Le rôle de l’État : vers l’État plateforme ? 
Le numérique bouscule les missions traditionnelles de l’administration. Les contours de l’action publique et les modalités de délivrance des services publics sont ainsi appelés à évoluer Pour les auteurs de la Note, l’État doit être conforté dans son rôle de "plateforme" : collecter, mettre en cohérence, ouvrir, réguler les données afin de stimuler l’innovation tout en protégeant la vie privée. 

La transformation numérique 
La France dispose déjà de bons atouts avec une offre importante de services en ligne - elle fait partie des pays les mieux classés dans ce domaine - et une politique volontariste d’ouverture des données…

La nouvelle relation avec le citoyen 
Au-delà des problématiques organisationnelles, le numérique soulève des questions relatives aux principes fondant le service public et au contrat social passé entre les citoyens et le pouvoir…

7 recommandations
 1. Conforter le rôle de l’État pour coordonner la collecte des données d’intérêt général et les mettre à disposition des innovateurs dans des conditions tarifaires abordables. Garantir dans le même temps la protection de la vie privée des usagers "fournisseurs" de données. 
2. Renforcer la transparence dans l’usage des données et des algorithmes à la base de la décision publique. Faciliter leurs réutilisations lorsque des améliorations peuvent être apportées par l’initiative privée, de même que celle des données privées d’intérêt général
3. Encourager le recours aux méthodes "agiles "et les expérimentations avec des dérogations temporaires à fins d’innovations au sein des services publics. S’assurer que le déploiement de nouveaux services n’a lieu que si leur intérêt et leur efficacité sont au moins en partie validés. 
4. Impliquer les usagers dans la coproduction des services publics et multiplier les démarches participatives. Apprendre au public à utiliser l’administration numérique et l’inciter à y avoir massivement recours. Évaluer les services publics en ligne à partir de l’expérience des usagers. 
5. Faciliter le recrutement d’informaticiens, de codeurs, de designers, de data scientists et data analysts, avec des salaires et carrières compétitifs pour attirer les meilleures compétences du privé. 
6. Ouvrir un débat public et politique sur les formes du service public et le périmètre de l’action publique. Débattre du choix fondamental entre opt-in et opt-out en matière de transmission des données personnelles. 
7. Évaluer systématiquement l’efficacité économique des différents services publics en ligne.

CAE Note n° 34 - 2016-09-22
http://www.cae-eco.fr/IMG/pdf/cae-note034.pdf

Le rôle essentiel des données d’intérêt général pour la modernisation de la France et de l’administration réaffirmé par le Conseil d’Analyse Economique 
Agence du Numérique au ministère de l’Economie et des Finances.







Les articles les plus lus des 7 derniers jours...