// ID CiTé
Veille juridique et professionnelle des Collectivités Territoriales







Affaires juridiques

Délit de destruction d'archives publiques sans l'accord préalable de l'administration des archives

Rédigé par ID CiTé le 09/12/2020



Délit de destruction d'archives publiques sans l'accord préalable de l'administration des archives
Les archives doivent ainsi faire l’objet d’une protection par un tiers, expert étatique, en l’occurrence l’administration des archives de France, exerçant un contrôle scientifique et technique de l’État (articles L212-4  et R212-2 à R212-4  du code du patrimoine).

Le non-respect de ces dispositions est sanctionné par 
l’article L214-3  du code du patrimoine qui dispose que : "Sans préjudice de l'application des articles 322-2, 432-15, 432-16 et 433-4 du code pénal, le fait, pour une personne détentrice d'archives publiques en raison de ses fonctions, de détourner ou soustraire tout ou partie de ces archives ou de les détruire sans accord préalable de l'administration des archives est puni d'une peine de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 € d'amende.

Est puni des mêmes peines le fait, pour une personne détentrice d'archives publiques en raison de ses fonctions, d'avoir laissé détruire, détourner ou soustraire tout ou partie de ces archives sans accord préalable de l'administration des archives.

Lorsque les faits prévus aux premier et deuxième alinéas sont commis par négligence dans les conditions et selon les distinctions prévues à 
l'article 121-3 du code pénal , les peines sont d'un an d'emprisonnement et de 15 000 € d'amende. La tentative des délits prévus au premier alinéa et le fait, pour la personne visée au deuxième alinéa, d'avoir laissé commettre une telle tentative sont punis des mêmes peines."

DGP/SIAF/2020/003 - 2020-11-30
 







Les articles les plus lus des 7 derniers jours...